Mieux vaut tard… même si c’est avec beaucoup de retard!

11 Juillet 2018 Par ForumCulture(s)
Malgré ces regrets, Forum Culture(s) et les associations signataires estiment que le KEP, sous sa forme actuelle, est un bon document de travail.
(Photo: Nader Ghavami / archives)

Forum Culture(s) n’est pas le seul à se réjouir qu’une première version d’un plan de développement culturel (KEP) ait vu le jour, alors que nous l’avons réclamé – sans succès – depuis 2008.

Les associations Actors, Alta, et Aspro s’associent au présent communiqué pour féliciter Jo Kox et son équipe pour leur travail de fond, bien structuré et plein d’ambition. Par contre, nous regrettons que les 400 participants des Assises culturelles des 29-30 juin 2018 n’aient pu s’en saisir dans des conditions satisfaisantes: le document ne leur était accessible que 21 heures avant l’ouverture des Assises. Comment s’approprier dans ces circonstances les 190 pages? Les deux journées auraient pu être utiles pour discuter et enrichir le plan. L’occasion fut manquée. Était-ce voulu?

À ce stade, il y a lieu de soulever publiquement la question de savoir qui sera porteur du plan, une fois qu’il sera coulé dans sa version définitive. Le secteur culturel y a contribué largement à travers les consultations, sans véritable approche participative cependant. L’auteur et son équipe, le ministère de la Culture ou le gouvernement dans son ensemble? Mais est-ce bien un plan, puisque le texte formule plutôt des recommandations au gouvernement? Au moment de la publication du plan définitif, le gouvernement sera encore en fonction pour trois semaines. Le plan ne devrait-il pas être légitimé par le Parlement et gagner de la sorte en force? Des retombées budgétaires devraient y être assorties pour dépasser les (très nombreuses bonnes) intentions.

On ne peut que souhaiter davantage de volonté politique au prochain gouvernement que n’en avaient les responsables actuels.

Forum Culture(s)

À cet effet, on ne peut que souhaiter davantage de volonté politique au prochain gouvernement que n’en avaient les responsables actuels. Des 56 points du «plan de 2013-2018», à savoir du programme gouvernemental en matière de culture, 31 n’ont pas eu un début de réalisation!

Prenons un exemple: le programme gouvernemental précise que «le gouvernement mènera une réflexion quant à l’opportunité de doter certaines institutions culturelles publiques ou privées existantes d’une forme de gestion administrative plus souple, alliée au caractère public de l’institution». Dans le KEP, nous lisons la recommandation suivante: «Mener une réflexion sur les formes juridiques et le fonctionnement des institutions culturelles (État, communes, secteur conventionné et secteur non conventionné)» avec pour échéance: «court terme».

De réflexion en réflexion, à quand l’action?

Autre regret suite à la publication en dernière minute de ce plan: il était quasiment impossible aux partis politiques de se positionner et d’intégrer, le cas échéant, des recommandations du plan dans leur programme électoral!

Au niveau du contenu du plan, il est à noter que le point qui a été soulevé fréquemment lors des deux (!) assises, est celui du statut matériel et social de l’artiste. Étant donné que c’est un sujet qui préoccupe beaucoup les artistes, la surprise fut grande de constater que le KEP ne soulève pas directement ce point. Il y a bien un chapitre (12) «Valorisation du travail culturel et professionnalisation», avec une série de recommandations qui sont toutes bonnes, mais le texte évite savamment de parler directement des conditions matérielles ou financières.

Deuxième oubli, et pas des moindres: l’absence des citoyens et du public en général dans le KEB, absence d’ambition pour conquérir de nouveaux publics, dont ceux éloignés encore!

Les associations vont se manifester en analysant et priorisant les différents volets jusqu’au 31 juillet.

Forum Culture(s)

Malgré ces regrets, Forum Culture(s) et les associations signataires estiment que le KEP, sous sa forme actuelle, est un bon document de travail. Les associations vont se manifester en analysant et priorisant les différents volets jusqu’au 31 juillet. Elles vont soulever les points pour lesquels – après cette date – un travail approfondi sera nécessaire pour les développer en proposant des mesures concrètes. Le temps de réaction d’un mois pour réagir suffit certes pour commenter l’importance des différents points, mais pas pour développer à partir de cette belle boîte à outils une vraie stratégie avec une vision menant à des mesures concrètes. Un travail en profondeur attend les artistes et les acteurs culturels, mais aussi les communes, le secteur privé et les citoyens. On devrait pouvoir se donner une année pour le faire, hors des échéances électorales et des pressions y afférentes.

Ceci dit, Forum Culture(s), avec les acteurs soussignés du secteur culturel, s’emploiera à faire des propositions constructives d’ici la fin du mois et invite par la présente les citoyens à en faire de même en consultant le plan (à télécharger sur le site www.culture.lu) et en faisant parvenir leurs remarques jusqu’au 31 juillet aux auteurs du plan par mail à: [email protected].

Les soussignés sont prêts à investir leur expérience et leur savoir-faire pour contribuer à un plan de développement culturel qui mérite ce nom!

  • Association des acteurs du Luxembourg (Actors.lu)
  • Association luxembourgeoise des techniciens de l’audiovisuel (Alta)
  • Association des professionnels du spectacle vivant (Aspro)
  • Forum Culture(s)

La rédaction a choisi pour vous