Comédie musicale seul en scène

05 Janvier 2018 Par France Clarinval
Olivier Py
Olivier Py incarne Miss Knife depuis de nombreuses années.
(Photo: Eric Deniset)

Voilà plusieurs années qu’Olivier Py, le directeur du Festival d’Avignon, voyage avec sa Miss Knife. Il fait enfin étape à Luxembourg avec «Les premiers adieux de Miss Knife».

Miss Knife a traversé les années et les théâtres. À l’occasion de ses adieux, elle raconte cette vie passée sur les planches où elle a vécu d’art et d’amour. À chaque nouvelle étape, un homme, une chanson, une désillusion, un éclat de rire et une connaissance plus intime des choses de la vie.

Ainsi, on la voit successivement dans un cabaret berlinois où elle fume le cigare, dans un cirque américain où elle lance des couteaux, dans un théâtre parisien où elle déclame des vers, à l’opéra de Genève où elle joue les jeunes filles, dans un groupe de tango en Amérique latine, en tournée en Chine avec un numéro de magie, à la Comédie Française pour interpréter les grandes tragédiennes, dans un théâtre érotique de Pigalle, dans un casino de la côte d’Azur où elle chante des chansons d’amour un verre à la main, danseuse du ventre dans les Émirats, etc. C’est à la fois le tour du monde, son cul est international, et le tour des possibilités de la scène, son cœur est insatiable.

Toujours accompagnée des mêmes musiciens et de deux jeunes et beaux danseurs, qui figurent parmi toutes les ombres des hommes qui l’ont désirée, exploitée, abandonnée et oubliée. Elle célèbre ainsi la scène dans tous ses états, le bonheur et la malédiction d’être en scène. La forme est celle d’une petite comédie musicale. Il s’agit plus d’un récit chanté que d’un récital de chansons.

Mais à travers ces péripéties, trop belles pour être vraies, mais trop douloureuses aussi pour être entièrement fausses, cette biographie est celle de «l’être en scène» perdu dans les masques et vivant sous les applaudissements.

Ce que Miss Knife n’a jamais cessé de chanter, c’est la gloire de l’artiste dans sa conscience de la mort. Les adieux de Miss Knife ne sont pas définitifs; au contraire, ils chantent l’éternel adieu qu’est la vie.

Samedi 6 janvier à 20h et dimanche 7 janvier à 17h au Théâtre des Capucins

La rédaction a choisi pour vous

Un des employés du Mudam alerte sur les conditions de travail et les nombreuses démissions au sein du musée.

18 Janvier 2019

Une lettre anonyme a été adressée à la direction et au service des ressources humaines du Mudam, ainsi qu’au Woxx et au Wort pour pointer des dysfonctionnements internes en ce qui concerne la gestion du personnel au sein du musée. Mais ce que révèle cette lettre est surtout un malaise plus profond qui reste encore un sujet tabou: les conditions de travail dans le milieu de la culture.

L’artiste János Sugár expose «Fire in the Museum» (2008/2018), un feu constant pendant la durée de l’exposition.

18 Janvier 2019

Le Casino Luxembourg présente à partir du 19 janvier l’exposition «Buveurs de quintessences» réalisée en partenariat avec la Fonderie Darling de Montréal. Une exposition qui n’hésite pas à mettre en exergue le vide qui se donne à voir sous différentes formes esthétiques.