«Une entreprise doit pouvoir se démarquer»

16 Mai 2018 Par Paperjam Club
Céline Campi-Blain
«Une entreprise doit pouvoir se démarquer en enrichissant son offre de développement professionnel interne, comme par exemple les formations, plans de carrière, perspectives d’évolution.»
(Photo: Eivilux)

En vue du «10x6 Human Value» organisé par le Paperjam Club le mercredi 30 mai, l’une des oratrices, Céline Campi-Blain (Eivilux), expose sa vision des valeurs humaines en entreprise.

Madame Campi-Blain, un bon «Employer Branding» est-il le seul moyen pour attirer de la valeur au sein d’une entreprise?

«Travailler sa réputation en tant qu’employeur est certes un moyen indéniable pour attirer de la valeur au sein d’une entreprise mais ce n’est pas le seul. En effet, pour être attractive, toute entreprise doit également être en mesure de dévoiler une mission/vision stratégique claire permettant de démontrer où l’entreprise veut aller et quels objectifs elle veut atteindre.

De plus, une entreprise doit pouvoir se démarquer en enrichissant son offre de développement professionnel interne, tel que par exemple les formations, plans de carrière, perspectives d’évolution… Ces trois leviers combinés (employer branding, vision stratégique et développement professionnel interne) permettent à mon sens d’accroître l’attractivité d’une entreprise.

Une GPEC peut parfois faire peur mais ce n’est pas un exercice si compliqué en soi.

Céline Campi-Blain (Eivilux)

Comment mettre en œuvre la meilleure Gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences (GPEC) possible?

«Mettre en œuvre une GPEC peut parfois faire peur mais ce n’est pas un exercice si compliqué en soi. La réaliser de manière optimale nécessite de répondre à trois principaux objectifs: prévoir l’évolution des métiers dans l’entreprise afin d’anticiper les changements, développer les compétences des salariés afin d’améliorer leur employabilité et assurer le transfert de compétences clés. Concrètement? Il s’agit de faire un état des lieux des emplois et des compétences de l’entreprise, diagnostiquer les écarts et mettre en place un plan d’action pour y remédier.

Quels sont les indicateurs à surveiller pour jauger la bonne santé et le bien-être de ses salariés? 

«Je dirais qu’il existe divers indicateurs. Les plus parlants et les plus ‘faciles’ à surveiller sont sans doute le taux de turn-over et le taux d’absentéisme. Un taux élevé comparé à un marché similaire ou un taux qui ne cesse d’augmenter doit alerter.

De plus, sonder ses salariés sur leur ressenti permettrait également de repérer des signaux et/ou anticiper tous risques psycho-sociaux ou autres.»

Les inscriptions au «10x6 Human Value» sont ouvertes sur le site du Paperjam Club.

La rédaction a choisi pour vous

Le télétravail doit être accepté du côté des salariés, mais surtout du côté des entreprises qui doivent installer une relation de confiance.

03 Août 2018

La digitalisation de la société bouleverse les conditions de travail. La Chambre des salariés (CSL) a compilé plusieurs études pour faire l’état des lieux de l’usage du télétravail au Luxembourg. Le pays se place dans la moyenne européenne, même s’il reste des efforts à faire pour que cette pratique se démocratise.

Amazon Luxembourg à Clausen

30 Juillet 2018

Les trois entreprises qui affichent la plus forte croissance en effectifs sont Amazon, Deloitte et KPMG, selon le Statec, qui propose une photographie d’un marché de l’emploi dominé par des sociétés de services aux entreprises et du secteur financier.

Des employés qui se concertent avec leurs employeurs pour moduler leur emploi du temps ont plus de chance d’être productifs et satisfaits de leur travail.

26 Juillet 2018

Une société en Nouvelle-Zélande a testé pendant deux mois la semaine de quatre jours en concertation avec ses employés. Résultat: moins de stress, plus de motivation et de productivité. Un modèle qui pourrait inspirer le Luxembourg?