«Un investisseur ne mise pas seulement sur une idée»

26 Octobre 2018 Par Paperjam.lu
De gauche à droite: Omar Lopez-Rincon, Vincent Barreau, Denis Shtefan et Pierre Barreau.
De gauche à droite: Omar Lopez-Rincon, Vincent Barreau, Denis Shtefan et Pierre Barreau.
(Photo: Aiva)

À l’origine d’une intelligence artificielle capable de composer des mélodies pour les films, les jeux vidéo ou la publicité, Aiva a su tirer le meilleur des alternatives offertes pour assurer son expansion. Vincent Barreau, co-founder de la jeune entreprise, explique ses choix.

Vous avez remporté les concours Fit4Start et Pitch Your Startup. Quels bénéfices en avez-vous retirés? 

Vincent Barreau. – «Le concours Fit4Start nous a permis d’intégrer le programme Fit4Start, qui est supervisé par Luxinnovation et donne accès à une première aide du ministère de l’Économie, d’un montant de 50.000€, qui peut être débloqué deux mois après le début du programme, à condition de détenir tous les documents exigés. Le programme ne se cantonne pas à cette aide financière. Les bénéficiaires sont ‘coachés’ et reçoivent des conseils pour faire évoluer leur projet.

À l’issue du programme, et en fonction des performances, les entrepreneurs peuvent être ‘diplômés Fit4Start’ et recevoir une nouvelle aide de 100.000€. Le concours Pitch Your Startup (PYS) permet de son côté de mettre à l’épreuve le projet au cours de pitchs d’un très haut niveau. La règle est simple: la meilleure présentation remporte le PYS Price, empoche un chèque de 50.000€ et profite d’une médiatisation importante. Ces concours sont accessibles à tous les stades d’un projet. L’essentiel est de se montrer convaincant et ambitieux!

Il faut aussi garder à l’esprit qu’un investisseur ne mise pas seulement sur une idée, mais également sur une équipe.

Vincent Barreau, cofondateur d’Aiva

Vous avez réalisé votre première levée de fonds en décembre 2017. Quels conseils donneriez-vous aux entrepreneurs pour que leurs levées soient un succès? 

«Les start-upper ont la possibilité de faire appel à des organismes qui les assistent, moyennant une commission, dans la recherche de levée de fonds. Cette option peut permettre de trouver des investisseurs plus rapidement. Il faut aussi garder à l’esprit qu’un investisseur ne mise pas seulement sur une idée, mais également sur une équipe. Il est donc déterminant que les fondateurs sachent mettre en avant et valoriser leur parcours et l’expertise des collaborateurs.

Vous avez bénéficié du programme IOS mis en place par le ministère de l’Économie. En quoi consiste-t-il?

«Les projets comprenant une part de R&D peuvent prétendre à un cofinancement par le ministère de l’Économie, à hauteur de 40 à 45% du montant des investissements. Le dossier pour postuler au programme IOS n’est pas difficile à monter, mais demande d’y consacrer du temps. Il dure environ six mois, entre la soumission du dossier et la signature de la convention. J’encourage toutes les start-up éligibles à déposer un dossier!»

La rédaction a choisi pour vous

L’entrepreneur doit trouver un juste équilibre entre le temps consacré à développer le projet en lui-même et celui octroyé à la recherche de financement et aux relations avec les actionnaires.

26 Octobre 2018

Naissance, R&D, POC (proof of concept), scale-up… L’essor d’une jeune pousse est balisé. Le succès de ces entreprises innovantes repose en grande partie sur leur capacité à se financer et à trouver une solution adaptée à chaque étape de leur développement.

La digitalisation permet d’offrir des visites virtuelles, d’automatiser les contrats de bail ou de réaliser l’états des lieux à partir d’une tablette.

09 Novembre 2018

Automatisation des contrats de bail, visites virtuelles à 360°, big data: l’immobilier est à son tour impacté par la transition numérique. De nouveaux acteurs tissent leur toile. État des lieux d’une ubérisation en marche.