«Un festival urbain qui s’inscrit dans un quartier»

09 Juin 2017 Par France Clarinval
Michel Welter nous embarque pour un festival de découvertes.
(Photo: Mike Zenari/archives)

Le festival Siren’s Call initié par l’Atelier se tiendra le 24 juin dans le quartier du Grund – ce qui lui donne son nom en référence à Mélusine. Une nouvelle initiative que nous détaille son programmateur.

Monsieur Welter, quelle sont les spécificités et l’identité du festival Siren’s Call?

«Nous avons voulu un festival urbain ou, disons, citadin qui s’inscrive vraiment dans un quartier de la ville, qui lui donne vie. Le Grund s’y prête particulièrement bien. En termes de musique, l’orientation est ‘indie electro’, avec des groupes internationaux qui ont une actualité, qui sont pointus et s’adressent à un public qui s’intéresse à la musique, qui a faim de découvertes. Enfin, c’est un festival dispersé sur plusieurs sites, avec plusieurs ambiances: intérieur et extérieur (sur le parvis de Neimënster), dans une église (St. Jean) et dans un club (Melusina)… Il y a bien sûr l’aspect musical, mais aussi les aspects de nourriture et boissons, avec une belle sélection de food trucks et intervenants locaux. C’est important de s’inscrire dans la culture locale, c’est pourquoi il y aura aussi une exposition des artistes du Bamhaus.

C’est un festival de plus, à une date où il y a déjà beaucoup de festivités. Est-ce que le Siren’s Call est appelé à être pérennisé?

«C’est en tout cas ce qu’on espère: inscrire le Siren’s Call dans le calendrier. L’idée n’était pas de faire un festival de plus juste pour ajouter quelque chose, mais d’apporter un type de festival qui n’existait pas encore à Luxembourg. Pour la suite, nous avons encore des idées et nous réfléchissons à plus de lieux insolites et nouveaux. Cela dit, nous sommes des entrepreneurs privés, nous verrons les résultats. Certes, c’est le week-end de la fête nationale, mais cela correspond aux festivals européens, ce qui nous permet d’attirer les groupes qui nous intéressent et qui seront de belles découvertes.

Justement, quel est le votre coup de cœur? L’immanquable du festival?

«Je les ai tous choisis, c’est difficile de répondre. Un groupe que j’intime tout le monde à découvrir est Formation, des jeunes Londoniens qui iront loin. Il y a aussi le DJ Cleveland, un Luxembourgeois qui cartonne en Asie. Et celui que j’attends avec impatience est Francesco Tristano, qui jouera dans l’église Saint Jean un set spécialement composé pour l’occasion, mélangeant musique classique et électronique.»

 

Tickets et détail du programme sur le site de l’événement.

La rédaction a choisi pour vous

22 Octobre 2017

Les amateurs du P’tit Max, situé à la place d’Armes, seront ravis: un deuxième établissement vient d’être inauguré au Kirchberg.

Une du Land 19 octobre

19 Octobre 2017

Chaque semaine, Paperjam.lu vous propose de découvrir les grands dossiers qui font la une du Lëtzebuerger Land. Cette semaine, focus sur le désengorgement du Limpertsberg.