«Rester maître des contraintes»

05 Février 2018 Par Paperjam.lu
Laurent Federspiel, Luxinnovation
«‘Innovation’ veut aussi dire qu’il faut toujours chercher le compromis entre prendre un risque et assurer la survie de l’entreprise», indique Laurent Federspiel.
(Photo: Luxinnovation)

Le 6 février, à l’invitation de Luxinnovation, Rami Goldratt, fils du fondateur de la Théorie des Contraintes, Eliyahu M. Goldratt, expliquera comment cette approche systémique permet aux entreprises de se libérer de leurs pensées limitantes et de leurs barrières pour développer un modèle d’affaires performant. Précisions en trois questions.

Monsieur Federspiel, avez-vous le sentiment que les contraintes sont en général mal exploitées par les dirigeants d’entreprises?

«Les dirigeants d’entreprises se voient non seulement contraints par leurs propres limites, comme leurs ressources, leurs parcs à machines ou les finances, mais au-delà, la force de la concurrence impose également bon nombre d’autres contraintes qu’il faut aussi savoir gérer. Il est donc vital d’aligner toutes ces contraintes qui influencent le succès d’une entreprise et d’en rester le maître afin d’assurer le succès de demain. La Théorie des contraintes (TOC) est un outil développé par Goldratt qui supporte les dirigeants dans cette démarche.

En quoi cette méthode apporte-t-elle une réelle valeur ajoutée comparée à d’autres?

«Chaque entrepreneur cherche à maximiser son profit par le biais de l’innovation. Mais afin que l’innovation porte ses fruits et connaisse des retombées économiques tangibles, il faut tout d’abord réduire toutes les contraintes techniques, économiques et celles liées aux clients. Il ne suffit donc pas d’avoir une bonne idée, mais il faut avant tout identifier toutes ces contraintes majeures, mais aussi idéalement déjà anticiper celles qu’un client pourrait potentiellement ressentir.

Le processus proposé par Goldratt Consulting va de l’idéation jusqu’à l’exécution, en passant par la conception des modèles d’affaires. À chaque phase de l’analyse, l’idée de départ elle-même est impactée, ce qui permet un cycle naturel d’évolution, tout en réalisant des progrès à chaque étape.

Le processus est multifonctionnel, permettant plutôt de renforcer l’idée que de la rétrécir. Cela augmente donc l’acceptation auprès des clients, limite les risques d’introduction d’un concept sur le marché et augmente la qualité du produit final.

La TOC propose une boîte à outils complète pour générer des idées, des concepts, un modèle d’affaires amélioré avec un ensemble d’outils pour évaluer et filtrer ces idées.

Comment cette conférence du 6 février se rattache-t-elle à l’activité centrale de Luxinnovation?

«En tant qu’agence nationale de promotion de la recherche et de l’innovation, Luxinnovation cherche à sensibiliser ses clients sur les différentes thématiques liées à l’innovation. Il est incontestable que toute société, peu importe le produit/service offert, sa taille ou son marché, est dans l’obligation de continuellement innover afin d’assurer sa compétitivité. Ne rien faire est le début de la fin.

Mais ‘innovation’ veut aussi dire qu’il faut toujours chercher le compromis entre prendre un risque et assurer la survie de l’entreprise.

Luxinnovation cherche donc à inciter les entrepreneurs à réfléchir, à revoir leurs propres méthodes d’innovation et, le cas échéant, à faire des ajustements nécessaires afin de maximiser le potentiel d’innovation. Nous offrons, dans ce cadre, toute une gamme de services sur mesure en la matière et nous soutenons tout entrepreneur dans ces démarches. Une telle conférence s’inscrit parfaitement dans le cadre de notre mission.»

La rédaction a choisi pour vous

Polina Montano Job Today

17 Mai 2018

Paperjam a décidé de donner plus de visibilité à des femmes leaders du monde économique au Luxembourg. À travers la série #FemaleLeadership, ces femmes évoquent leurs parcours et positions clé dans leurs secteurs d’activité. Aujourd’hui, Polina Montano, cofondatrice de Job Today.

14 Mai 2018

Luxfactory.com est le nom d’une nouvelle société qui regroupe quatre entités créées auparavant par Jérôme Grandidier. En plus des activités historiques, elle se lance dans le management de transition, pour des apports ponctuels de compétences.