«Pouvoir avoir des échanges au niveau humain»

31 Mai 2018 Par Paperjam Club
Thierry Krombach
Thierry Krombach (DSK Systems): «(...) Il faut surtout fournir des solutions stables et compatibles, qui permettent à nos clients de penser le moins possible aux problématiques IT.»
(Photo: DSK Systems)

Suite au 10x6 Human Value organisé par le Paperjam Club le mercredi 30 mai, Thierry Krombach (DSK Systems) expose sa vision des valeurs humaines en entreprise.

Comment votre société valorise-t-elle les valeurs humaines en interne?

«DSK Systems est surtout une société de développement de logiciels et de services. Notre force dépend donc fortement de la qualité de nos employés. Ceci implique par exemple que nous devons être sélectifs lors des recrutements, mais surtout que nous devons retenir nos employés et leur permettre de se développer en interne.

Nous avons l’avantage des petites sociétés: les chemins de communication sont courts et tout le monde se connaît. Nous faisons des efforts pour donner des responsabilités à nos employés et pour leur laisser de l’espace pour se réaliser. Ils sont fortement encouragés à proposer eux-mêmes des formations qui pourraient les aider à améliorer leurs connaissances métier. Le management essaie d’avoir un rôle de coach plutôt que de contrôleur.

Mais avoir une petite taille permet aussi de mieux connaître chacun des membres de l’équipe et de pouvoir avoir des échanges au niveau humain. Nous nous considérons autant comme une famille que comme une entreprise, et nous espérons que ceci se sent et fait une différence.

Dans un environnement qui parle beaucoup de disruption et autre intelligence artificielle, nous avons tendance à être plutôt conservateurs.

Thierry Krombach, DSK Systems

Quelle est l’innovation de DSK Systems sur le vaste marché des outils RH?

«Dans un environnement qui parle beaucoup de disruption et autre intelligence artificielle, nous avons tendance à être plutôt conservateurs. Nos solutions ont évolué depuis plus de 25 ans essentiellement sur la base des demandes et observations concrètes de nos clients.

Nos systèmes gèrent la sécurité des entreprises clientes et les données de présence. Il faut dès lors aller avec son temps et investir dans les applications mobiles et les nouvelles technologies web. Mais il faut surtout fournir des solutions stables et compatibles, qui permettent à nos clients de penser le moins possible aux problématiques IT.

Nous avons l’avantage d’avoir une large base de clients installés qui nous fournissent tous les jours des idées d’améliorations et de fonctionnalités. Ceci profite à tous nos clients, qui peuvent profiter de l’évolution constante de nos solutions.

De plus en plus d’entreprises fonctionnent sous une méthode agile. Des systèmes comme le pointage, moins flexibles, pourraient-ils nuire à ce genre de méthodologie?

«Au contraire! Les solutions de gestion du temps servent à comptabiliser les heures prestées de façon précise et claire. Elles aident les entreprises à instaurer des horaires flexibles en évitant les abus, et aux employés d’avoir leurs heures comptées et valorisées correctement. Chaque société peut définir librement les plages horaires ‘obligatoires’, les pauses ou les règles de calcul.

Le besoin d’une gestion du temps provient justement de l’horaire flexible. Une société qui travaille à des heures fixes de 8h du matin à 17h le soir n’en a aucune utilité. Une gestion du temps permet d’organiser le travail pour une productivité optimale ou d’appliquer des modèles de travail alternatifs, comme le télétravail.

Parfois, le pointage est considéré comme un instrument de contrôle. Les employés remarquent cependant rapidement qu’une comptabilité des heures rend la relation de travail plus flexible et transparente, et leur donne des droits de récupération qu’ils n’avaient pas avant. Nous sommes convaincus que ceci profite à tout le monde dans l’entreprise.» 

Retrouvez prochainement les photos du 10x6 Human Value sur le site du Paperjam Club.

La rédaction a choisi pour vous

Bernard David Deloitte

16 Juin 2018

La future convention fiscale entre le Luxembourg et la France est, selon le ministre des Finances Pierre Gramegna, moderne, plus juste et plus sûre pour les opérateurs économiques contribuant à une sécurité juridique accrue. Décryptage.

14 Juin 2018

L’image de marque est un facteur-clé du recrutement, mais la façon de la gérer a changé avec les nouveaux outils de communication. Deux spécialistes de PwC Luxembourg, Christian Scharff et Benedikt Jonas, expliquent l’importance de cette notion dans le monde digital d’aujourd’hui.