«Nous souhaitons susciter une remise en question»

18 Novembre 2017 Par Paperjam Club
Patrick Vander Eecken, de Pure Capital
«Le contexte actuel exige de ‘sortir des sentiers battus’, notamment dans l’univers obligataire, et d’adopter une approche flexible et dynamique pour réallouer entre les différents segments», souligne Patrick Vander Eecken, de Pure Capital.
(Photo: Pure Capital)

Dans le cadre du «10x6 Keytrade Bank: 10 fonds d’investissement, 10 stratégies» organisé par le Paperjam Club le mardi 21 novembre, l’un des orateurs, Patrick Vander Eecken (Pure Capital), présente sa structure et introduit le produit qui sera présenté lors de la soirée.

M. Vander Eecken, pouvez-vous, en quelques mots, vous présenter en tant que société de gestion? Quelles sont vos spécificités par rapport aux autres acteurs du marché? 

«Notre histoire a démarré très simplement et c’est ce qui nous caractérise aujourd’hui. En créant Pure Capital, nous souhaitions rompre avec un modèle bancaire qui devenait de plus en plus inadapté (les 5 cofondateurs sont issus du monde de la banque privée, ndlr). Les besoins étaient nouveaux (transparence, authenticité, sécurité), mais le souhait des investisseurs restait inchangé: la performance du service rendu.

C’est ainsi que nous avons développé une société indépendante, uniquement dédiée à la gestion d’actifs financiers, pour placer l’intérêt du client au cœur de notre démarche d’investissement. Cette indépendance est effectivement capitale pour un gérant de fonds et manque encore aujourd’hui; elle nous permet de nous ouvrir aux opportunités sans aucune contrainte, qu’elle soit financière, managériale ou commerciale.

Quelle est la stratégie d’investissement du produit présenté au cours de cet événement? Quelles en sont les caractéristiques? Comment vous aide-t-elle à atteindre un meilleur rendement – ou une meilleure maîtrise du risque?

«Avec le fonds PCFS – Pure Wealth, notre objectif premier est d’assurer un rendement absolu sur le long terme à nos investisseurs, et cela indépendamment des fluctuations de marchés.

Notre politique d’investissement est basée sur l’analyse des fondamentaux de l’économie en général et des entreprises, et nous concevons la possibilité de faire varier significativement l’allocation du portefeuille entre les différentes classes d’actifs et zones géographiques. Comme principaux moteurs de performance, nous utilisons les actions (au maximum 50% des actifs du fonds), l’ensemble de l’univers obligataire et les devises.

Nous pratiquons une gestion de conviction, contrariante parfois, mais souhaitons parallèlement inciter à une remise en question permanente, notamment par notre approche d’allocation à trois niveaux: un premier qui repose sur le concept d’'Investment Clock' et nous aide à détecter les changements de phase dans le cycle économique, un second qui se base sur nos convictions internes, et le troisième qui intègre des critères exclusivement quantitatifs comme la volatilité, les corrélations entre classes d’actifs, etc.

Ce dernier niveau nous permet de réagir rapidement aux changements brusques des conditions de marché. Enfin et surtout, nous avons fait la part belle à la diversification au sein du fonds, qui comporte plus de 300 lignes d’investissement; c’est un travail considérable, mais une grande force puisqu’elle nous permet de limiter les risques spécifiques.

Dans le contexte actuel des marchés financiers (taux bas, volatilité…), en quoi votre produit répond-il particulièrement bien à la demande actuelle des particuliers pour des fonds d’investissement?

«'No risk, no return'. L’adage n’a sans doute jamais été aussi valide pour l’épargnant, mais encore faut-il sélectionner les risques qui valent la peine d’être pris et les doser adéquatement dans un portefeuille. Le contexte actuel exige de 'sortir des sentiers battus', notamment dans l’univers obligataire, et d’adopter une approche flexible et dynamique pour réallouer entre les différents segments. C’est la stratégie adoptée dans le fonds Pure Wealth.

Aujourd’hui, notre tolérance pour des instruments a priori plus volatiles se fait dans le cadre d’une sélection précise, avec toujours notre focus sur la diversification, et parce que le contexte s’y prête. Tous n’ont pas cette flexibilité, que ce soit dû à leur taille ou simplement à leur mandat.»

Les inscriptions au «10x6 Keytrade Bank: 10 fonds d’investissement, 10 stratégies» sont ouvertes sur le site du Paperjam Club.

La rédaction a choisi pour vous

David Solomon

17 Juillet 2018

Wall Street devrait vivre un moment important cette semaine avec la succession qui se rapproche à la tête de Goldman Sachs. David Solomon, dauphin désigné, devrait succéder tout prochainement à Lloyd Blankfein à la tête de Goldman Sachs.