«Nous exportons une démarche et un savoir-faire»

17 Octobre 2018 Par Paperjam Club
«Dans un monde globalisé, il n’existe plus d’architecture purement et uniquement locale.»
«Dans un monde globalisé, il n’existe plus d’architecture purement et uniquement locale.»
(Photo: paperJam/Archives)

En vue du «10x6 Les architectes luxembourgeois qui s’exportent» organisé par le Paperjam Club le mercredi 17 Octobre, l’un des orateurs, Sara Noel Costa de Araujo (Studio SNCDA), nous expose sa vision de l’architecture.

Pourquoi avoir choisi d’exporter votre talent en dehors du Luxembourg?

«Pour nous, pratique et enseignement sont indissociables. Ils s’inscrivent dans une quête personnelle et professionnelle de ce que signifie être architecte aujourd’hui. Dans notre agence, cette quête s’articule dans un va-et-vient permanent entre la pratique architecturale et les différents domaines qui l’influencent et l’animent: histoire, politique, théorie et critique architecturales, recherche spéculative et prospective.

À l’étranger, nous avons pu développer un projet pédagogique qui suit une logique similaire, où enseignement du projet est entrelacé avec une certaine recherche.

À l’étranger, nous avons aussi eu accès à des projets pilotes qui associent concrètement la recherche en matière de conception à une approche qui prépare les politiques à la réalisation de projets novateurs. Pour chacun des projets, nous avons conclu des alliances spécifiques avec des experts, ce qui nous a menés à des discussions constructives et stimulantes pour toutes les parties du projet.

Outre la réalisation des projets, une large communication sur le processus d’apprentissage est toujours menée par les initiateurs de ces projets, par le biais de symposiums et de publications, ainsi que des procédés de suivi pour aligner les réglementations et les instruments de gouvernement.

Quelles spécificités prendre en compte lorsque l’on développe un projet architectural dans un pays culturellement différent?

«Dans un monde globalisé, il n’existe plus d’architecture purement et uniquement locale. La production architecturale passe plutôt par une écriture référencée et assumée et pas uniquement par une tabula rasa intellectuelle qui tenterait de refaire l’histoire de la discipline.

De manière décomplexée, sans gêne ni nostalgie, une génération d’architectes internationaux se positionne actuellement dans et avec l’Histoire. Au centre de leur préoccupation se trouvent les références acquises au fil des siècles.

Nous allons tenter de mettre en avant les qualités de cette nouvelle génération d’architectes dans une exposition, lors de la réouverture officielle de Kanal-Centre Pompidou dans les bâtiments de l’ancien garage Citroën à Bruxelles en 2020, une exposition qui sera coproduite par A+ (revue d’architecture belge, ndlr) et le Civa (Centre international pour la Ville, l’architecture et le paysage).

Peut-on «exporter» une architecture luxembourgeoise à l’étranger?

«Nous exportons une démarche et un savoir-faire, les testons et les réimportons à nouveau au Luxembourg. Nous sommes sollicités depuis quelques années à l’étranger, à travailler sur la réutilisation et l’appropriation de bâtiments et/ou environnements et à réfléchir dans quelle mesure l’architecte peut et doit s’engager dans ce processus; et quel est l’impact social positif ou négatif possible de ces interventions.

Entre la foi en l’autonomie de l’architecture d’une part et le design centré sur l’utilisateur d’autre part, nous élaborons une méthodologie qui aborde de manière radicale la séparation traditionnelle entre design et usage. Le contraste entre la conception et l’utilisation n’y est pas perçu comme un problème à résoudre, mais comme une zone de tension productive dans laquelle l’architecture est créée. La relation entre le programme et la structure est une question architecturale intemporelle et fondamentale.»

La rédaction a choisi pour vous

12 Novembre 2018

Stéphane Schmit, architecte pour le bureau architecture + aménagement, partage avec l’audience l’importance du travail accompli à l’étranger et revient sur plusieurs projets internationaux réalisés par le bureau. Un témoignage issu de la soirée 10x6 Architecture: Les architectes luxembourgeois qui s’exportent, organisée le 17 octobre 2018 au Centre culturel Tramsschapp.