«L’enjeu des midterms aux USA est immense»

06 Novembre 2018 Par Nicolas Léonard
Si les Républicains perdent la Chambre, Donald Trump perdra aussi le sourire.
(Photo: shutter stock/Pressmaster)

Les élections de mi-mandat qui auront lieu aujourd’hui aux USA sont observées de près par les politologues. Elles auront en effet un impact direct sur les pays européens. Josip Glaurdic, professeur à l'Université du Luxembourg, en fait le tour en trois questions

Le président Donald Trump est-il en mesure de remporter ces élections?

«Il n’est pas candidat à ce scrutin. Mais il fait campagne et pèse de tout son poids. Dès lors, il dira qu’il a gagné si le résultat est favorable aux Républicains. Et dira qu’il n’était pas candidat et pas directement concerné si son camp venait à être battu.

Ces élections peuvent-elles avoir des répercussions fortes au niveau international?

«Mon Dieu, oui, évidemment. La sécurité mondiale, la politique avec cette grande puissance qu’est la Russie, les relations commerciales avec la Chine... Voilà déjà quelques-uns des aspects qui pourraient être directement impactés par ces élections. Et il y en a de nombreux autres. Si les Républicains venaient à gagner la Chambre et le Sénat, il est évident que l’on assistera à un renforcement de la voie politique tracée par Trump depuis deux ans. Et on ne peut pas dire qu’elle ait été très favorable à l’Europe. L’enjeu de ces élections est donc immense.

Ce scénario est celui que vous envisagez?

«Les Américains doivent encore voter. Visiblement, on s’oriente plus vers un retour des démocrates à la Chambre et un maintien des Républicains au Sénat. Ce qui, quelque part, aura alors une influence sur la politique du président.»

La rédaction a choisi pour vous

Donald Trump, président des États-Unis

05 Novembre 2018

Après être sorti de l’accord sur le nucléaire iranien en mai, le président américain a décidé d’asphyxier l’économie du pays en bloquant les exportations pétrolières et en limitant les transactions financières en dollars.

04 Novembre 2018

Chaque semaine, Paperjam vous propose un regard de chefs économistes d’institutions bancaires et financières sur l’actualité des marchés et de l’économie. Aujourd’hui, Fredrik Skoglund, chief investment officer à la Bil, analyse les liaisons dangereuses entre pouvoir politique et politique monétaire.

Stefan Van Geyt: «Il faut savoir que le marché actions américain suit un cycle de quatre ans connu sous le nom de ‘cycle présidentiel’, au cours duquel la deuxième année a tendance à être la pire et la troisième la meilleure.»

21 Octobre 2018

Chaque semaine, Paperjam vous propose un regard de chef économiste d’institution bancaire et financière sur l’actualité des marchés et de l’économie. Aujourd’hui, Stefan Van Geyt, group CIO au sein de KBL European Private Bankers, décortique les élections de mi-mandat aux US et la situation des marchés.