«Le certificat papier est voué à disparaître»

22 Juin 2018 Par Paperjam.lu
Christian Jorge, cofondateur d’Arianee.
(Photo: Arianee)

Arianee utilise la technologie blockchain pour certifier et tracer la propriété des biens de luxe. Une première sur ce secteur. Christian Jorge, cofondateur de la plate-forme, explique son principe.

Quelle innovation apporte Arianee au monde du luxe?

«Notre vision, c’est que le certificat papier que l’on vous confie lorsque vous achetez un bien de valeur est voué à disparaître et qu’il sera remplacé par un certificat digital rendu infalsifiable grâce à la blockchain. Aujourd’hui, notre plate-forme universelle, sécurisée et décentralisée a pour vocation de créer le premier registre de certificats numériques à l’échelle mondiale. Permanent, anonyme et sécurisé, il permettra de retracer précisément le chemin de vie d’un produit depuis sa fabrication. C’est le premier protocole blockchain du secteur du luxe.

À quel besoin répondez-vous précisément?

«Arianee résout de nombreux problèmes posés aux marques de luxe, notamment celui de la contrefaçon, estimée à 3.000 milliards de dollars par an selon un rapport de la Chambre de commerce internationale. Arianee a également pour mission de renforcer les relations entre les marques et les propriétaires de biens de luxe en leur offrant un lien direct avec les clients finaux. Enfin, pour les personnes qui possèdent des produits de luxe, c’est l’assurance de pouvoir tracer l’origine des biens et donc de s’assurer de leur authenticité et de conserver les preuves de propriété. 

Comment cela fonctionne-t-il?

«Imaginez que vous achetez une montre de luxe. La marque va créer un certificat numérique qui sera associé à un QR code. Il suffit au propriétaire de la montre de scanner ce QR code sur son mobile pour le télécharger dans un portefeuille électronique (celui de la marque ou d’un partenaire). Le certificat contient la photo du produit, ses caractéristiques, ainsi qu’un numéro de série unique. Il est inscrit et protégé dans la blockchain Arianee, devenant ainsi infalsifiable.»

La rédaction a choisi pour vous

blockchain

22 Juin 2018

Une bonne technologie ne suffit pas à trouver les bons usages. C’est un peu le problème de la blockchain: tous les projets ne s’y prêtent pas et les entreprises sous-estiment souvent les difficultés de mise en place liées aux aspects juridiques et à la gouvernance de la blockchain.

15 Juin 2018

La BEI a organisé de mercredi à vendredi un hackathon autour de la blockchain adaptée au monde bancaire. Une façon de pousser l’innovation et de faire prendre conscience aux banquiers présents des évolutions qui se préparent.

Livre blanc de l'Ilnas de la normalisation technique de la blockchain

13 Juin 2018

Le Luxembourg, par le biais de l’Ilnas, participe à la création d’une norme technique internationale pour encadrer la blockchain. L’organisme a présenté mercredi matin un livre blanc pour faire le point sur cette technologie et encourager les acteurs du privé à s’impliquer dans les réflexions en cours.