«La bonne architecture passe par une attitude»

21 Avril 2017 Par Paperjam.lu
Philippe Nathan
Philippe Nathan: «La bonne architecture passe par une attitude et prise de position, afin de rendre possibles de nouveaux expériences, usages et relations pour le bien commun.»
(Photo: Julien Becker / Archives)

Monsieur Nathan, qui ou qu’est-ce qui vous a donné l’envie d’être architecte?

«Enfant, j’ai passé pas mal de temps avec mon grand-père entrepreneur sur les chantiers. Le monde de la construction, avec ses interactions sociales les plus diverses, les outils de conception et d’exécution et l’énergie dégagée par ces espaces bruts m’ont fasciné depuis. 

Adolescent, le fait de pouvoir penser et produire l’environnement quotidien de la société, tant par le bâti que par une production culturelle, en faisant face à des conditions sociales et économiques réelles me semblait une vocation et un défi honorable.

Selon vous, qu’est-ce qui fait un bon architecte?

«Une bonne architecture est plus qu’une mise en forme et l’esthétisation d’un programme, et est impossible à atteindre sans engagement. La remise en question et la contextualisation du programme, les désirs de la maîtrise d’ouvrage, la définition des besoins implicites et des urgences, les usages et valeurs ajoutées fonctionnelles et matérielles à atteindre ne sont que quelques éléments de cet engagement. La bonne architecture passe par une attitude et prise de position, afin de rendre possibles de nouveaux expériences, usages et relations pour le bien commun. Le bâtiment en est plus un moyen qu’une finalité. Un bon architecte peut fédérer les différents acteurs autour de cette attitude, afin d’en tirer une intelligence collective.

Comment avez-vous choisi le bâtiment dont vous parlerez lors du 10x6 Architecture?

«J’ai pratiqué et vécu le bâtiment que je présenterai longtemps avant de devenir architecte. L’expérience intime et l’appréciation naïve, avant de passer par le formatage académique me donnant d’autres outils de compréhension, m’ont amené à ce choix.

Il s’agit plus d’un vrai lieu public que d’un simple bâtiment, un morceau de ville et de vie urbaine, que l’architecte a su générer sans s’imposer, sans geste, artifice ou spectacle. Pour moi, c'est un espace et un travail exemplaire, dont le Luxembourg a toujours besoin.»

Les inscriptions au «10x6 Quand les architectes parlent des architectes» sont ouvertes sur le site du Paperjam Club.

La rédaction a choisi pour vous

28 Juin 2017

C’est le nombre de logements à loyers accessibles gérés par le Fonds du logement sur l’ensemble du pays, la majorité se trouvant à Luxembourg (567), Differdange (306) et Esch-sur-Alzette (217). De son côté, la Société nationale des habitations à bon marché (SNHBM) gère 182 logements de ce type dans cinq communes (Luxembourg, Esch-sur-Alzette, Diekirch, Grevenmacher et Mamer).

Toutes les pièces à vivre sont orientées Sud et la hauteur des immeubles et la déclivité du terrain permettent de ne pas couper la lumière.

28 Juin 2017

Tracol Immobilier et la Ville de Luxembourg ont donné ce mardi le premier coup de pelle du projet pilote «Le Verger Ermesinde-Vivre sans voiture» situé au Limpertsberg et dont la conception architecturale revient à Fabeck Architectes. Une démarche innovatrice et précurseur qui vise notamment à améliorer la qualité de vie des habitants du site.

27 Juin 2017

C’est le nombre de visites effectuées, sur demande des communes, entre 2008 et 2016, par les offices sociaux et la police dans des logements susceptibles d’enfreindre les réglementations sur les critères de salubrité ou d’hygiène. Selon les chiffres dévoilés lundi par Dan Kersch (LSAP), ministre de l’Intérieur, 95 visites de ce type ont eu lieu en 2016, contre 125 un an plus tôt.