«Il faut respecter les engagements pris»

08 Juin 2018 Par Paperjam.lu
Vincent Ricordeau
Vincent Ricordeau: «Il faut en premier lieu se poser la question se savoir quelle communauté ils peuvent et veulent toucher: qui est mon premier cercle de soutien? Qui vais-je toucher par simple recommandation? Comment puis-je élargir ma cible?»
(Photo: Benjamin Boccas)

Qui de mieux placé que le leader européen du crowdfunding, présent dans tous les secteurs avec ses quatre plates-formes (KissKissBankBank, Lendopolis, Hellomerci et Goodeed), pour livrer les secrets d’une campagne de financement et d’investissement réussie?

Monsieur Ricordeau, pourquoi avoir créé des plates-formes de crowdfunding distinctes?

«Il y a trois univers dans le crowdfunding. D’un côté, la philanthropie, qui fait appel aux dons: KissKissBankBank permet aux associations, particuliers et entreprises de tester une idée ou de donner naissance à un produit. De l’autre, il y a l’investissement participatif.

Là, les sociétés viennent collecter du prêt, comme elles le feraient auprès d’une banque. Les internautes placent leur argent dans l’économie réelle avec des rendements potentiellement très rémunérateurs (en moyenne 4,5% par an sur Lendopolis). Enfin, il existe le ‘crowdequity’, où les entreprises ouvrent leur capital. Les internautes deviennent alors des actionnaires et peuvent récupérer leur mise à l’occasion d’une augmentation de capital ou d’un rachat. 

Que conseillez-vous aux porteurs de projet en quête de dons?

«Il faut en premier lieu se poser la question de savoir quelle communauté ils peuvent et veulent toucher: qui est mon premier cercle de soutien? Qui vais-je toucher par simple recommandation? Comment puis-je élargir ma cible? Il est ensuite essentiel d’établir un plan de communication. Cette étape est quasiment un job à temps plein pendant la période de campagne! La page présentant le projet doit être attrayante et comporter une vidéo de 30 secondes à 1 minute 30 au maximum, dont il convient d’optimiser la viralité. Dernier conseil: respecter ses engagements vis-à-vis des donateurs.

Les dirigeants doivent se montrer très réactifs et répondre à toutes les questions des utilisateurs de la plate-forme.

Vincent Ricordeau, cofondateur et président de KissKissBankBank & Co

Et pour les entreprises qui lèvent de la dette?

«Ces entreprises doivent avoir conscience qu’elles s’adressent à des investisseurs. Qu’il s’agisse de particuliers, d’investisseurs patrimoniaux ou de business angels, elles leur doivent un maximum de transparence. Dans la même idée, les dirigeants doivent se montrer très réactifs et répondre à toutes les questions des utilisateurs de la plate-forme. Enfin, comme dans toute campagne de crowdfunding, il faut respecter les engagements pris pour éviter que le good buzz ne vire au bad buzz. Et une mauvaise réputation online peut s’avérer mortelle.»

La rédaction a choisi pour vous

08 Juin 2018

Les plates-formes de financement participatif se sont diversifiées et professionnalisées dans le conseil en investissement. Désormais, elles offrent des outils entièrement digitalisés pour répondre aux besoins de collecte des entreprises, quels que soient leur taille et leur stade de développement. 

Nicolas Schmit voudrait obtenir 5 ans de délai avant d’appliquer la proposition de la Commission sur le chômage des frontaliers.

15:21

Le ministre du Travail a réitéré jeudi sa position sur la proposition de la Commission, qui prévoit que les chômeurs frontaliers soient rétribués par le pays du dernier emploi. Selon lui, le Luxembourg n’a pas les ressources nécessaires pour prendre en charge le suivi des demandeurs d’emploi français.

15:03

À l’occasion de la Fête nationale, samedi, le Statec s’est intéressé à l’état de la population résidente en se positionnant du côté des Luxembourgeois. Il constate que, si leur nombre a augmenté ces dernières années, c’est exclusivement du fait de l’augmentation des naturalisations.