«Flex s’avère être une alternative attrayante»

31 Mai 2018 Par Jean-Michel Hennebert
CFL Flex
Avec quelque 350 clients enregistrés, le service de «carsharing» made in CFL comble une lacune dans la chaîne de mobilité.
(Photo: Sébastien Goossens / archives)

Dévoilé officiellement en septembre dernier, le service de voitures partagées des CFL franchit ce jeudi le cap des 100 jours d’activité réelle. Pour Jürgen Berg, gérant de CFL Mobility, le service fait peu à peu sa place dans les esprits, même s’«il y a évidemment de la place pour des améliorations».

Monsieur Berg, ce 31 mai marque les 100 premiers jours de l’exploitation de CFL Mobility et de son service Flex. Les premiers résultats sont-ils à la hauteur de vos prévisions?

«Lancé le 20 février dernier avec 20 stations, Flex connaît une popularité croissante. Les échos des clients et des municipalités où les stations sont disponibles sont très positifs. Avec une clientèle d’environ 350 clients enregistrés, les attentes pour le lancement ont bien été satisfaites. Concernant le nombre d’utilisations, il y a évidemment des possibilités d’amélioration. Or, ceci n’est pas surprenant, vu que d’autres opérateurs de ‘carsharing’ ont vu les mêmes effets lors de leurs premiers pas. Ceci montre clairement la particularité du produit qui comble une lacune dans la chaîne de mobilité puisque, jusqu’à présent, celle-ci était comblée par tout un chacun via des moyens de contournement. Notre défi et notre objectif consistent donc à familiariser le client potentiel avec la marque et de la présenter comme solution multiple.

Votre cible principale était les ménages ayant un besoin temporaire de mobilité, puis les entreprises. Êtes-vous parvenu à ce jour à conclure des contrats avec d’importantes sociétés, très demandeuses de solution de mobilité?

«Nous recevons de plus en plus de demandes de la part des entreprises. Alors que les clients privés ont été au centre des préoccupations lors de la première phase, l’expérience montre que les multiples avantages de notre solution sont très vite reconnus dans le secteur B2B. La bonne surprise pour CFL Mobility tient dans la grande variété des utilisations potentielles que les entreprises voient pour leur rayon d’activité. Puisque bon nombre d’entreprises emploient une forte proportion de salariés qui ne séjournent que temporairement au Luxembourg, Flex s’avère être une alternative attrayante à leur propre voiture. Rester mobile sans devoir trouver un stationnement pour sa voiture en semaine est notamment devenu un argument choc. 

L’objectif avancé était d’atteindre une flotte de 250 véhicules – soit quelque 2.500 clients – d’ici 2023. Cet objectif est-il toujours d’actualité?

«L’agrandissement de la flotte actuelle de 84 voitures va de pair avec un nombre d’utilisations toujours croissant. Flex ne pourra rester une alternative intelligente au transport individuel que si la disponibilité des voitures est quasiment garantie. CFL Mobility s’investissant actuellement pleinement à convaincre un nombre maximal de clients, un agrandissement de la flotte est inévitable. Les premiers pas sont faits et l’objectif reste donc inchangé. Et pour y parvenir, nous œuvrons pour que toutes les personnes âgées de plus de 18 ans possèdent leur clé Flex. Une clé gratuitement accessible qui fonctionne comme une mKaart et qui ouvre également l’accès au transport public.»

La rédaction a choisi pour vous

21 Septembre 2017

À compter du 6 décembre, quelque 80 véhicules en partage seront mis à disposition à l’échelle nationale. Répartis dans 20 stations situées devant les principales gares, ils doivent aider à développer la mobilité douce, puisque pensés en complément des transports publics.  

Le système de carsharing pensé par les CFL, baptisé Flex, entrera en service «avant la fin de l'année» avec «une vingtaine de stations implantées dans les gares les plus fréquentées mais aussi à proxilité des grandes zones d'activités et des pôles d'échange».

29 Août 2017

Cinq mois après la présentation officielle du projet d’autopartage pensé par les CFL, seules de rares informations ont filtré sur le système qui doit être mis en place. Au point que même la date de la présentation officielle, fixée au 18 septembre, a été reportée.