«Créer des espaces de discussion»

27 Juin 2018 Par Audrey Somnard
L’initiative Opendiscussion veut ouvrir le dialogue entre les citoyens sur la politique d’asile et d’immigration.
L’initiative Open Discussion veut ouvrir le dialogue entre les citoyens sur la politique d’asile et d’immigration.
(Photo: CC)

Open Discussion est une initiative collective citoyenne sur la question migratoire lancée au Luxembourg lundi et à vocation européenne avec la cosignature de la tribune par plus de 350 personnes: artistes, travailleurs culturels, chercheurs, enseignants, médecins, humanitaires, indépendants, entrepreneurs et autres citoyens.

Madame Markiewicz, dans quel contexte avez-vous lancé avec le collectif Open Discussion cette tribune?

«Tout est devenu très compliqué dans les discussions dès que la thématique de la migration est abordée. Nous travaillons sur le sujet aux niveaux artistique et cinématographique, il y a une polarisation partout en Europe.

De là est partie l’idée de lancer cette tribune. Le but est de créer des espaces de discussion, d’organiser des réunions entre les jeunes, qui se posent beaucoup de questions, et des experts. Nous n’avons pas eu besoin de convaincre les gens de signer, en trois jours nous avons recueilli 350 signataires au Luxembourg.

Des artistes, des gens issus de la société civile qui sont prêts à réfléchir, donner une alternative et surtout se mettre d’accord sur 10 fondamentaux listés dans la tribune.

Oui, il y a des gens qui souhaitent accueillir.

Karolina Markiewicz, réalisatrice

Pourtant la situation est plutôt bonne au Luxembourg quant à l’accueil des migrants...

«Oui, il y a des gens qui souhaitent accueillir, comme Jean Asselborn qui a pris publiquement position. C’est une notion de solidarité.

Mais il y a aussi beaucoup de populisme, avec une opposition qui se fait entendre. C’est difficile de devoir expliquer à des enfants de migrants, qui ont passé parfois trois ans au Luxembourg, qu’ils vont repartir dans un pays qu’ils ne connaissent finalement pas. Ce sont souvent des enfants issus des pays des Balkans, il faut au moins prendre le temps de les écouter.

Même pour les migrants économiques, il faut trouver d’autres manières de les accompagner.

Votre tribune a vocation à devenir européenne, le Luxembourg se doit d’être leader pour représenter la voix des migrants?

«Encore une fois, nous avons la chance d’avoir Jean Asselborn qui nous soutient. Il est donc possible de mettre en place des discussions.

Aujourd’hui, les institutions européennes sont trop compliquées, trop éloignées des citoyens. Il est très important d’intéresser les jeunes.

Nous allons commencer avec des lycéens, réunir des Luxembourgeois, des enfants d’immigrés et de réfugiés pour qu’ils puissent échanger.

Nous allons faire venir le Dr Raphaël Pitti qui est médecin humanitaire, ainsi qu’Yves Pascouau, chercheur en politique des migrations à l’Université de Nantes. Notre but est de faire un tour du Luxembourg, puis pourquoi pas de la France et de l’Allemagne. Proposer des pistes de réflexion, sans polarisation.»

La tribune:

Si les citoyens européens se posent de nombreuses questions sur l’asile et l’immigration, ils ne reçoivent la plupart du temps que des réponses polarisées entre les extrêmes. Or, compte tenu de l’importance croissante de ces thèmes dans les débats politiques et les campagnes électorales, il est urgent d’ouvrir un espace de discussion dépassionné sur ces thématiques. Ce débat doit permettre aux citoyens de pouvoir échanger pour mieux comprendre, au lieu de s’invectiver pour mieux diviser, afin d’envisager un avenir réfléchi et serein de l’action de l’Europe et de ses États sur cette question déterminante pour l’avenir du continent.

La période actuelle jusqu’aux élections européennes de 2019 doit ouvrir la voie à une réflexion profonde sans précédent, basée sur un effort de pédagogie constant, pour permettre à la société civile et aux citoyens de se réapproprier une thématique où la passion l’emporte trop souvent sur la raison. Cette mobilisation doit poser les bases d’un débat nécessaire pour l’avenir d’une communauté humaine forte, lucide et juste. Voici dans une première étape notre tribune.

Nous, membres de la société civile, avons un message à 10 points:

1. Nous rejetons une politique migratoire qui s’inscrit dans une logique de plus en plus répressive et de criminalisation des migrants – qui fuient les bombes et les tortures, mais aussi la misère et les conditions climatiques – sans chercher à ouvrir d’autres solutions et perspectives.

2. Nous réprouvons la pratique de l’enfermement systématique des migrants qui se développe à l’intérieur et à l’extérieur de l’Union européenne.

3. Nous nous opposons catégoriquement aux recensements des minorités en vue de renvois. 

4. Nous nous opposons à la notion de délit de solidarité, ainsi qu’aux mises en examen de personnes et d’organisations non gouvernementales pour ce chef d’inculpation.

5. Nous mettons en garde contre les glissements sémantiques appuyant le raidissement des politiques et rappelons qu’il est impératif d’utiliser une rhétorique neutre et pédagogique.

6. Nous revendiquons haut et fort la sauvegarde du droit d’asile inscrit dans la déclaration universelle des droits de l’Homme, la Convention de Genève, ainsi que dans le droit européen.

7. Nous revendiquons haut et fort notre histoire commune de la construction européenne qui trouve son fondement dans la reconnaissance et le respect des droits humains et s’inscrit dans la sauvegarde de la dignité humaine et la paix, ainsi que dans la libre circulation des personnes dans l’espace Schengen. 

8. Nous voulons une politique migratoire européenne commune qui permette une intégration des migrants dans notre société. Il est en effet nécessaire de mettre en avant la question de l’intégration dans les politiques migratoires – il s’agit d’un prolongement naturel de celles-ci. 

9. Nous rejetons catégoriquement les idéologies et les politiques de la peur et du chaos. 

10. Nous sommes pour une discussion dépassionnée et pragmatique des migrations qui prend la migration pour ce qu’elle est: un fait structurel de l’humanité.

Pour retrouver ce texte, signez par mail à [email protected] ou rendez-vous sur la plateforme opendiscussion.eu.

La rédaction a choisi pour vous

23 Mars 2017

Cette semaine, 23 adultes et 29 enfants demandeurs de protection internationale sont arrivés au Luxembourg depuis la Grèce, représentant le sixième groupe à ainsi être relocalisé au Grand-Duché depuis ce pays. Le Luxembourg, qui se dit «déterminé à ce que ce mécanisme fonctionne», ne fait donc que poursuivre ses engagements en matière d’accueil de migrants, dont ceux pris lors du conseil européen justice et affaires intérieures de septembre 2015 voulant que le Grand-Duché devra avoir accueilli d’ici la fin de cette année pas moins de 557 personnes en provenance de Grèce et d’Italie.

Pierre Bley

27 Juin 2017

En charge de la redistribution des bénéfices de la Loterie nationale, l’Œuvre – sur un montant total de 35,5 millions d’euros d’aides financières qu’elle a accordées l’an dernier – a consacré 15 millions d’euros à des projets d’inclusion, notamment destinés aux migrants. Explications avec Pierre Bley, son président.

Anita Helpiquet

02 Mars 2018

Le Comité de liaison des associations d’étrangers (Clae) organise à partir de ce soir et durant tout le week-end à Luxexpo The Box son 35e Festival des migrations, des cultures et de la citoyenneté. Entretien avec sa présidente Anita Helpiquet sur cette nouvelle édition, l’évolution de ce festival dans le temps, et la question migratoire.