«Apprendre à connaître et se faire connaître»

30 Mai 2018 Par Paperjam Club
Johan Herelixka H&B catering
«L’opportunité que ce club propose pour apprendre à connaître et se faire connaître, le ‘networking’ donc.»
(Photo: Paperjam Club / Archives)

Le Paperjam Club accueille un nouveau membre: H&B Catering. Présentation en trois questions.

Monsieur Herelixka, pouvez-vous, en quelques mots, résumer l’activité de votre société? 

«H&B Catering est traiteur événementiel; organisation de vos cocktails dinatoires, dîners de gala, BBQ's, buffets, plateaux-repas pour les entreprises, mariages, communions, chef à domicile pour les particuliers.

H&B Catering est aussi l’exploitant de la brasserie Ca(fé)sino, au sein du forum d’art contemporain Casino à Luxembourg-ville.

Vous venez de rejoindre le Paperjam Club. Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à le faire ?

«Son importance dans le tissu économique luxembourgeois. L’opportunité que ce club propose pour apprendre à connaître et se faire connaître, le ‘networking’ donc.

Également pour la qualité de ses événements ainsi que les formations (workshops) proposées.

Qu’y recherchez-vous? Et que pensez-vous pouvoir proposer aux membres que vous allez y rencontrer?

«Rencontrer des gens, que ce soit à titre personnel ou à titre professionnel. Il y a des adhérents qui deviennent des amis après s’être rencontrés à plusieurs événements. C’est aussi un excellent moyen de découvrir ou redécouvrir certains endroits dans lesquels on ne pense pas toujours à aller.

L’avantage des événements du Paperjam Club, c’est le fait de pouvoir, dans un contexte convivial, parler de son métier, de ce qu’on peut offrir sans être vraiment dans un mode 'vente’. Se faire connaître d’abord et quand la personne a besoin d’un service qu’on offre, elle pensera sûrement à vous contacter.»

La rédaction a choisi pour vous

Avec une perte nette de 13,9 millions d’euros, CFL Multimodal apparaît comme «un problème» selon les termes de Jeannot Waringo, président du conseil d’administration des CFL

18 Juin 2018

Avec une perte de 13,9 millions d’euros en 2017, la filiale logistique du groupe ferroviaire a fait face à «une année spéciale», selon le rapport annuel présenté lundi. Ce qui n’empêche pas les CFL d’afficher un bénéfice de 10 millions d’euros l’an passé.