«2017 promet d’être une année pleine de succès»

01 Juin 2017 Par Paperjam.lu
Björn Ottersten
«L’industrie financière et bancaire s’intéresse beaucoup au SnT pour développer des compétences dans le domaine des technologies financières», note Björn Ottersten.
(Photo: Uni.lu)

Lors du 6e «Partnership Day» organisé mardi au complexe d’Coque, le directeur de l’Interdisciplinary Centre for Security, Reliability and Trust (SnT), ou le bras technologique de l’Uni, a parlé de ses collaborations actuelles et futures, notamment dans le domaine bancaire et financier.

Monsieur Ottersten, pourquoi les partenariats avec des sociétés privées spécialisées dans les TIC sont-ils si importants pour le SnT?

«Au-delà de la recherche et l’éducation, notre université a pour mission de créer un impact socio-économique. Au sein du SnT, nous prenons cette mission très au sérieux, et nous sommes convaincus que la recherche collaborative avec des sociétés privées, ainsi qu’avec des agences publiques est un moyen très efficace de créer un impact.

Nous suivons un modèle de recherche où les scientifiques sont supposés effectuer aussi bien de la recherche (fondamentale) à haut risque et inscrite dans le long terme, que de la recherche (appliquée) davantage orientée résultat, en partenariat avec d’autres entités.

Ceci donne lieu à un environnement très dynamique et innovant, où des challenges spécifiques à la programmation nourrissent la recherche sur le long terme, et où les résultats de projets à haut risque sont testés et validés dans des domaines d’application avec des partenaires (sur leurs systèmes, données, produits, etc.).

Pourriez-vous nous en dire plus sur les nouvelles spin-off que vous avez présentées mardi?

«Il y a à peu près deux ans, nous avons créé un Office de transfert de technologies (TTO), dans le but de soutenir l’exploitation (commercialisation) des résultats de nos recherches. Depuis lors, nous sommes fiers d’avoir participé à la mise sur le marché de quatre spin-off, développées par les scientifiques du SnT. Ces entreprises sont actives dans les domaines de l’internet des objets (DataThings), de la robotique sociale (LuxAI), de l’‘assisted living’ (Black Swan), et de la télématique (Motion-S).

Nous sommes actuellement en train d’étendre nos activités et notre expertise dans le domaine des fintech. Nous avons créé récemment huit partenariats, et nous remarquons un immense intérêt de la part de l’industrie financière et bancaire pour développer des compétences dans le domaine des technologies financières, en participant à des activités de recherche avec le SnT.

Quelles sont pour l’instant les perspectives du SnT?

«2017 promet d’être une année pleine de succès, avec plusieurs nouveaux projets de recherche compétitifs aussi bien au niveau national, qu’européen. Nous sommes en train de créer deux nouvelles équipes de recherche dans les domaines des services financiers digitaux et de l’apprentissage automatique. Le recrutement des responsables de ces équipes est en cours.»

La rédaction a choisi pour vous

08:00

Si le Grand-Duché appartient à la liste des pays officiellement multilingues, la question de l’intégration linguistique revient régulièrement sur le devant de la scène. En cause, la place du luxembourgeois. Selon le Statec, six résidents sur dix sont capables de l’utiliser.

Cette nouvelle liaison pourrait amener annuellement 100.000 à 200.000 passagers supplémentaires à Luxair, selon Adrien Ney, le CEO

20 Octobre 2017

La compagnie aérienne luxembourgeoise a annoncé vendredi qu’elle avait été choisie pour reprendre la liaison entre les deux villes allemandes, laissée vacante par la faillite d’Air Berlin.