Viviane Reding se présentera bien dans le Centre

13 Mars 2018 Par Paperjam.lu
Viviane Reding, actuelle eurodéputée CSV, se présentera bien dans le Centre, comme l’avait indiqué RTL Radio Lëtzebuerg fin février.
(Photo: Nader Ghavami / archives)

Fin du suspense autour du choix de la circonscription dans laquelle figurera l’ancienne vice-présidente de la Commission européenne lors des élections du 14 octobre prochain. Claude Wiseler a annoncé ce mardi qu’elle serait sur la même liste que le Spëtzkandidat CSV.

Confirmation officielle. Mardi matin, sur les ondes de RTL Radio Lëtzebuerg, Claude Wiseler a donc mis fin à un secret de polichinelle en indiquant que Viviane Reding se présenterait bien dans la circonscription Centre. Déjà annoncée sur les ondes de la radio fin février dans un «billet» du rédacteur en chef, Roy Grotz, l’information a été justifiée par le fait que l’eurodéputée «habite depuis plus de 20 ans dans le Centre».

Interrogé sur un possible conflit entre les deux personnalités dans l’hypothèse où l’ancienne journaliste du Wort récolterait plus de voix que la tête de liste nationale, Claude Wiseler a éludé la question. Un cas de figure qui pourrait alors placer celle qui assure «savoir tout faire» en position de réclamer les plus hautes fonctions au sein d’un gouvernement dirigé par le CSV.

Comme prévu, cette décision doit être confirmée par le conseil des sages du CSV et sera officialisée devant les membres du parti le 24 mars prochain, lors de la convention nationale à Ettelbruck. Pour mener campagne, l’eurodéputée quittera son siège à Strasbourg en septembre prochain, cédant sa place à Christophe Hansen, attaché économique et commercial à l’ambassade de Luxembourg à Bruxelles et candidat CSV dans le Nord.

La rédaction a choisi pour vous

Viviane Reding

27 Février 2018

L’eurodéputée du CSV, Viviane Reding, se présenterait dans la circonscription du Centre lors du scrutin du 14 octobre. C’est, en tout cas, ce sur quoi tablait RTL ce mardi.

23 Janvier 2018

L’eurodéputée CSV, candidate affirmée aux prochaines élections législatives, s’en est prise lundi au gouvernement, jugé «passif» sur les dossiers européens, et au Premier ministre, présenté comme n’ayant «aucun moyen d’influence sur le pouvoir décisionnel» en Europe.