Villerupt entame sa quinzaine italienne

26 Octobre 2018 Par France Clarinval
L’affiche de cette année est signée par Alessandra Carloni.
(Photo: Festival de Villerupt)

La 41e édition du Festival du film italien de Villerupt démarre ce vendredi soir. La région d’Émilie-Romagne est à l’honneur cette année.

C’était peut-être l’idée la plus saugrenue qui soit: lancer un festival international dans une petite ville frontalière – moins de 10.000 habitants – que la sidérurgie était en train de délaisser. C’est pourtant en 1976 qu’est né le Festival du film italien de Villerupt, à l’initiative d’un groupe de jeunes passionnés de cinéma. 

Le cinéma italien connaissait un beau succès hors des frontières de son pays à l’époque, et la population de la région était en grande partie issue de l’immigration italienne. Deux bonnes raisons pour assurer le succès de la manifestation, qui comptabilisait déjà 30.000 entrées en 1983. 

Si les organisateurs ont changé et que le cinéma italien est parfois déclaré moribond, le Festival du film italien de Villerupt est resté un incontournable, non seulement pour les spectateurs de la région – y compris du Luxembourg voisin –, mais aussi pour la profession qui peut voir ici des pépites qui connaîtront sans doute une renommée par la suite.

La sélection des films vise principalement à refléter autant que possible la pertinence du cinéma italien sans aucune autocensure, même et surtout lorsque les auteurs, les comédiens et les thèmes évoqués sont ignorés en France. L’adhésion du public (plus de 40.000 spectateurs en 2015), plus jeune, plus international, prouve le bien-fondé de cette stratégie. Hors des clichés festivaliers de starlettes et paillettes, ce festival réussit à rassembler toutes les générations dans une ambiance festive et bon enfant.

Compétition et prix

Qui dit festival, dit compétition: des sélections d’œuvres cinématographiques inédites non distribuées en France ou des avant-premières seront proposées à l’appréciation du public, d’un jury professionnel (Jean-Pierre Améris, réalisateur et scénariste français; Alexandre Espigares, animateur et réalisateur luxembourgeois, et Alberto Toscano, journaliste, écrivain et politologue italien), d’un jury «jeunes», d’un jury de la critique (présidé par Rebecca Manzoni) et d’un jury «exploitants».

Comme à chaque édition, une région est mise à l’honneur, et c’est l’Émilie-Romagne qui est saluée pour cette 41e édition. C’est de cette région que viennent Michelangelo Antonioni, Federico Fellini, Tonino Guerra, Pier Paolo Pasolini, mais aussi les plus actuels Marco Bellocchio, Bernardo Bertolucci, Liliana Cavani, Giorgio Diritti, Luciano Ligabue, Gianni Zanasi... Sans compter tous les cinéastes que la région a inspirés, Vittorio De Sica et... Julien Duvivier, réalisateur du premier «Don Camillo» (1952), qui sera projeté ce vendredi soir.

Du 26 octobre au 11 novembre.

www.festival-villerupt.com

La rédaction a choisi pour vous

13 Novembre 2018

À l’occasion de Luxembourg Art Week, une «afterparty» s’est déroulée le soir du vernissage, vendredi 9 novembre, lors de l’exposition «Celebration Factory» de Filip Markiewicz, au Casino Luxembourg. La scène de l’art contemporain s’est donc retrouvée pour une fête au son des DJ sets d’Elektro Anke, Junglehussi, Shato Bajac et Vampire State Builder. (Photos: Nader Ghavami)