Une décision prise «pour la sécurité des passagers»

01 Décembre 2017 Par Jean-Michel Hennebert
Findel
À compter du 1er décembre, les contrôles de sécurité avant l’embarquement sont renforcés «sur décision du gouvernement».
(Photo: Sven Becker / Archives)

Le regain de tension au Findel lié à la mise en place d’un dispositif de contrôle supplémentaire est la conséquence de l’application «d’une décision du gouvernement», assure vendredi François Bausch. Et ce, suite à des observations effectuées au niveau européen.

La sortie médiatique de l’OGBL, jeudi soir, contre l’instauration d’un nouveau contrôle de sécurité au Findel, n’est pas passée inaperçue. Non pas tant pour les propos du syndicat qui dénonçait «un manque de communication envers le personnel» et rappelait «son droit à engager des actions syndicales» que par la manière dont la décision a été mise en place. «Imposée par notre ministère de tutelle» avait indiqué jeudi Johan Vanneste, CEO de Lux-Airport.

Interrogé vendredi sur ce sujet à la suite de la présentation des inaugurations prévues le 10 décembre prochain, François Bausch (Déi Gréng), ministre du Développement durable et des Infrastructures, confirme «une décision prise par le gouvernement pour la sécurité des passagers.» Ce choix, réalisé alors que le plan Vigilnat, dispositif de protection nationale face à la menace terroriste, n’a pas été relevé et reste au niveau 2 – menace terroriste réelle, mais abstraite –, répondrait «aux observations faites dans plusieurs pays européens». Autrement dit, le Luxembourg souhaite suivre l’exemple de procédures adoptées dans plusieurs aéroports où le renforcement des contrôles d’identité avant l’embarquement est devenu la règle.

«Ces contrôles ont lieu notamment au sein de l’espace Schengen où il est important de vérifier que ce sont les bonnes personnes qui montent à bord des avions», précise le locataire du ministère de la Place de l’Europe. Questionné sur la pérennité de cette mesure, le ministre assure que le dispositif allait «rester en vigueur aussi longtemps que nécessaire». Pour de ce qui est des conséquences sur l’organisation du département de la sécurité du Findel, interrogation principale de l’OGBL, François Bausch estime que «la sécurité est un domaine pour lequel les États peuvent toujours trouver des financements».

La rédaction a choisi pour vous

Findel

30 Novembre 2017

L’instauration, depuis la semaine dernière, d’une procédure de contrôle renforcé des passagers aboutit à un regain de tension entre l’OGBL et la direction de Lux-Airport. Le syndicat dénonce jeudi «la poursuite des violations de la loi».

Marc Spautz, président du parti (à droite de Claude Wiseler), et Laurent Zeimet (à sa gauche), secrétaire général, ont notamment été confortés dans leurs fonctions.

08:10

En dépit de la défaite enregistrée dimanche, le comité national du parti chrétien-social, réuni ce mardi soir, a confirmé son soutien à Claude Wiseler et à son équipe. Tous resteront en place au moins jusqu’au début de la nouvelle législature, le 30 octobre prochain.