Une braderie teintée de politique

29 Août 2018 Par France Clarinval
Près de 150.000 personnes se pressent chaque année dans les rues de la ville pour faire de bonnes affaires.
(Photo: Maison moderne / archives)

La traditionnelle braderie de Luxembourg aura lieu le 3 septembre. Tandis que les clients cherchent la bonne affaire, les partis politiques en profiteront pour se montrer. 

Une manifestation qui en est à sa 89e édition est bien évidemment une véritable tradition. C’est le cas de la grande braderie, mobilisant non seulement les commerçants de la capitale et les associations qui veulent se faire connaître, mais aussi de nombreux services de la Ville pour accueillir, bon an, mal an, 150.000 personnes en cette journée particulière.

Le lundi de kermesse («Kiermessmeindeg») est en effet un incontournable pour les habitants de la ville, du pays et au-delà des frontières, même si cette année, la date coïncide avec la rentrée des classes en Belgique et en France.

Bien sûr, il s’agit pour les commerçants d’écouler des invendus et de proposer des articles à bas prix, mais au-delà de l’aspect commercial, la braderie est un événement social et convivial. Cette année, la braderie aura aussi des couleurs politiques puisque sur les 362 stands prévus, 10 stands de partis politiques sont attendus, année électorale oblige. Une mobilisation qui montre l’importance de l’événement dans le cœur des Luxembourgeois.

Un moment symbolique aussi. On se souvient que, alors encore bourgmestre et même avant, Xavier Bettel allait chaque année vendre des chaussures chez son amie Corinne Cahen. Une façon de montrer qu’on a su rester simple et près des gens. La distribution de gadgets et ballons devrait avoir du succès cette année.

Nouveautés

L’Union commerciale de la Ville de Luxembourg a aussi voulu innover avec un village proposant des articles de créateurs et de commerces novateurs actifs au Grand-Duché au square Jan Palach (accolé à la place d’Armes) et des food trucks place de Paris. Les visiteurs auront également l’occasion de découvrir le fruit de la collaboration entre l’artiste luxembourgeois Jacques Schneider et l’UCVL, à travers une série de photos en noir et blanc réalisées avec les commerçants de la ville. 

Des commerçants d’autres quartiers de la ville et du reste du pays occuperont des stands un peu partout en ville, histoire d’élargir l’offre. Bien sûr, les animations musicales, les jeux-concours, les activités pour les enfants complèteront l’offre. 

Près de 70% des magasins de la capitale participent à la braderie, ce qui représente 362 stands et 2.101 mètres d’étals. «La plupart de ces magasins vendent des accessoires, des vêtements ou des chaussures», énumère la directrice de l’UCVL. «Il y aura également 35 stands alimentaires, 22 associations et institutions et, élections obligent, 10 stands dédiés aux différents partis politiques de notre pays.»

Pour avoir un stand de quatre mètres devant son magasin ce jour-là, les commerçants de la Ville Haute doivent compter 300 euros s’ils sont membres de l’UCVL, et 450 euros s’ils ne le sont pas. Les cotisations annuelles sont calculées en fonction de la zone dans laquelle se situent le magasin et les effectifs.

Mobilité

Si le tram et les lignes de bus du centre-ville (lignes 1-32) seront gratuits ce jour-là, une partie des rues seront fermées dans le quartier de la gare et plusieurs lignes de bus ne circuleront pas entre la gare et le centre-ville. Seules les lignes 1/125, 5, 6, 16, 18, 21, 22, 39 et Eurobus 120, 144, 172, 192, 194 et 195 circuleront entre le quartier de la gare (arrêt Gare-Rocade) et le centre-ville entre 5h et 21h30.

Les visiteurs pourront opter pour les P+R en périphérie de la ville (Bouillon, Kockelscheuer ou Luxembourg-Sud) et se rendre avec les navettes gratuites dans le centre-ville ou bien se garer sur les parkings du Fort Wedell (quartier de la gare) ou de la place de l’Europe (Kirchberg), également gratuits ce jour-là.

Toutes les informations sont à retrouver sur braderie.vdl.lu.

Les magasins sont ouverts le dimanche 2 septembre de 14h à 18h et le lundi 3 de 8h à 19h.

La rédaction a choisi pour vous

Stefan Van Geyt: «Il faut savoir que le marché actions américain suit un cycle de quatre ans connu sous le nom de «cycle présidentiel», au cours duquel la deuxième année a tendance à être la pire et la troisième la meilleure.»

08:00

Chaque semaine, Paperjam vous propose un regard de chef économiste d’institution bancaire et financière sur l’actualité des marchés et de l’économie. Aujourd’hui, Stefan Van Geyt, group CIO au sein de KBL European Private Bankers, décortique les élections de mi-mandat aux US et la situation des marchés.

Hella Jongerius & Louise Schouwenberg, A Search Behind Appearances – ¿why design for a world of plenty?, 2016

20 Octobre 2018

À l’occasion de la biennale Design City LX Festival, le Mudam accueille l’exposition «Beyond the New» conçue par Hella Jongerius et Louise Schouwenberg.