«Une aventure individuelle et non linéaire»

11 Août 2017 Par Céline Coubray
 playze et Tamschick Media + Space
Le Luxembourg a toujours su, tout au long de son histoire, repousser les limites de son action.
(Illustration: playze et Tamschick Media + Space)

Suite à l’appel à projets pour le pavillon luxembourgeois à l’Exposition universelle de Dubaï en 2020, 19 projets ont été soumis. Si Metaform a remporté la consultation en collaboration avec The Space Factory, 18 autres candidats avaient également proposé un projet qu’Archiduc.lu vous présente dans cette série. Aujourd’hui, le projet mené par Playze, en collaboration avec Tamschick Media+Space pour la scénographie.

Pouvez-vous nous expliquer le concept de votre projet?

«L’horizon est, par définition, la limite visible entre le ciel et la terre. Mais il signifie aussi la limite d’un périmètre d’action… Comme le Luxembourg a toujours su, tout au long de son histoire, repousser les limites de son action (le space mining et la 3e révolution industrielle, prônés par notre gouvernement, en témoignent), nous avons voulu manifester ce fait dans notre pavillon. Ce dernier est un planétarium digital. Son centre forme un dôme qui permet des projections d’immersion virtuelle. La zone réservée à l’exposition est une accumulation d’espaces flexibles qui peuvent être explorés au gré des visiteurs.

Quelle est la caractéristique la plus forte de votre scénographie?

«L’exposition s’étend sur une topographie qui permet une exploration spatiale de l’histoire des ressources naturelles du Luxembourg, ainsi qu’une expérience d’immersion, où les futures ressources sont présentées sous un toit de projections. La scénographie prévoit donc une aventure individuelle et non linéaire dans un espace étendu et unique.

En quoi votre projet répond-il à la question de l’économie circulaire?

«On utilise des matériaux locaux pour les composants lourds du bâtiment-socle, et une charpente légère en bois pour la construction primaire. La masse thermique nécessaire pour faire baisser la température à l’intérieur du bâtiment est constituée de sable du désert. Le toit est une construction dite ‘gridshell’ en bois, recouverte d’un textile PET à 100% recyclé. L’édifice peut être entièrement démantelé et reconstruit au Luxembourg grâce à des fixations réversibles. En principe, tous les matériaux utilisés pourraient aussi être réintroduits dans les cercles vertueux.»

Fiche technique

Titre: «Luxembourg’s Horizons»
Architecte: Playze
Scénographe: Tamschick Media+Space
Ingénieur: BuroHappold
Surface envisagée: 3.700m2
Budget estimé: 14,4M€ (pavillon) + 5,2M€ (scénographie)

Lire toute l’interview et voir plus de photos sur Archiduc.lu.

La rédaction a choisi pour vous

L’acier produit au Luxembourg reviendra au Luxembourg et le sable emprunté à Dubaï restera à Dubaï.

10 Août 2017

Suite à l’appel à projets pour le pavillon luxembourgeois à l’Exposition universelle de Dubaï en 2020, 19 projets ont été soumis. Si Metaform a remporté la consultation en collaboration avec The Space Factory, 18 autres candidats avaient également proposé un projet qu’Archiduc.lu vous présente dans cette série. Aujourd’hui, le projet mené par l’association momentanée PAT.-Buonomo Veglia-De Ferrari, en collaboration avec Open Door/Studio Azzurro pour la scénographie.

Le thème développé se nourrit des sujets d’actualité relatifs aux implications du Luxembourg dans une vision positive du futur.

09 Août 2017

Suite à l’appel à projets pour le pavillon luxembourgeois à l’Exposition universelle de Dubaï en 2020, 19 projets ont été soumis. Si Metaform a remporté la consultation en collaboration avec The Space Factory, 18 autres candidats avaient également proposé un projet qu’Archiduc.lu vous présente dans cette série. Aujourd’hui, le projet mené par M3 Architectes, en collaboration avec Lorenzo Greppi pour la scénographie.

18 Août 2017

«Le président de la République française, Emmanuel Macron, effectuera une visite au Luxembourg le 29 août», a annoncé le gouvernement ce vendredi.