Une année 2016 «exceptionnelle» selon la CSSF

18 Avril 2017 Par Jonas Mercier
CSSF
Ce bon résultat est l’effet d’une transaction importante réalisée par une banque de la Place ainsi qu’une évolution contenue des dépenses, selon la CSSF.
(Photo: Maison moderne / archives)

La Commission de surveillance du secteur financier (CSSF) a annoncé mardi un résultat pour les banques de la Place avant provisions de plus de 6.000 millions d’euros pour l’année 2016, soit une augmentation de 14,9% par rapport à 2015.

Les comptes de profits et pertes des établissements de crédit du Luxembourg ont clôturé 2016 sur une belle performance. En effet, selon l’évaluation de la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF), le résultat avant provisions du secteur bancaire a été de 6.361 millions d’euros, soit 14,9% de plus qu’en 2015.

«L’ampleur de la hausse est exceptionnelle», indique le communiqué de l’institution, qui explique cette performance par la cession d’une participation importante par une banque de la Place, sans autres précisions.

Sans cette cession, l’augmentation du résultat aurait été de 1,5%

Commission de surveillance du secteur financier (CSSF)

En effet, selon la CSSF, la transaction dont il est question serait responsable à elle seule de 97% de l’augmentation de 33,9% des «autres revenus nets», un poste «fort volatile et très souvent influencé par des facteurs non récurrents et spécifiques à un nombre restreint de banques de la place financière».

Si cette transaction n’avait pas eu lieu, l’augmentation du résultat avant provisions «aurait été limitée à 1,5%», complète la CSSF.

Des dépenses sous contrôle

Du côté du poste «marge d’intérêts», la progression pour 2016 a été de 5,3%. Cette hausse est partagée par un peu plus de la moitié des établissements de crédit du Grand-Duché et «conjugue effets volume et prix».

«Ainsi, 64% de ces établissements de crédit ont enregistré une croissance de leur volume d’activités et 65% ont réussi à faire progresser leur rendement moyen sur actifs (pour 33% des banques, un effet conjoint de ces deux facteurs a pu être observé)», détaille le communiqué.

Les revenus nets de commissions, quant à eux, ont baissé de 2,3%, du fait d’un contexte boursier «moins favorable» par rapport à 2015, particulièrement pour la première partie de l’année.

En termes de dépenses, les frais généraux ont été en 2016 de 6.014,3 millions d’euros, soit une hausse de 1,2% par rapport à 2015. Une augmentation qui se retrouve moins dans les frais de personnel (+0,1%) que dans les «autres frais généraux» (+2,4%).

L’augmentation de ce dernier poste reflète aussi bien «des investissements dans de nouvelles infrastructures techniques que les charges à supporter par les banques pour leur mise en conformité avec un cadre réglementaire à complexité et coûts accrus», conclut le communiqué de la CSSF.

La rédaction a choisi pour vous

Commission de surveillance du secteur financier

18 Juillet 2016

Renforcement des visites sur le terrain, amendes en hausse, la CSSF veille au grain pour faire respecter les principes d’une Place rythmée par les changements réglementaires européens. 1,3 million d’euros d’amende ont été collectés l’an dernier, contre 722.250 en 2014.

Roberto Scolati, Aleba

28 Juillet 2017

Primes insuffisamment versées, 13e mois supprimé, harcèlement des délégués du personnel: le syndicat des banques et banquiers est particulièrement remonté contre la banque japonaise. Au point de brandir le spectre d’une prochaine manifestation.

Commission européenne

21 Juillet 2017

L’entrée en vigueur, à compter du 13 janvier 2018, de la directive révisée des services de paiement (DSP2) amène nombre d’interrogations au sein des établissements bancaires, qui devront ouvrir leurs données aux prestataires de service de paiement mandatés.