Un partenariat avec Monaco sur le numérique

07 Décembre 2018 Par Ioanna Schimizzi
Le Premier ministre Xavier Bettel et Frédéric Genta, délégué interministériel pour la transition numérique monégasque, lors de la signature du partenariat.
Le Premier ministre Xavier Bettel et Frédéric Genta, délégué interministériel pour la transition numérique monégasque, lors de la signature du partenariat.
(Photo: SIP / Jean-Christophe Verhaegen)

Le Luxembourg et la Principauté de Monaco ont signé ce jeudi une déclaration d’intention afin de réaliser des échanges entre les services des deux administrations sur l’innovation numérique.

Après l’Estonie en avril dernier, Monaco étudie la possibilité de sauvegarder ses données sensibles dans un data center luxembourgeois avec des «garanties d’immunité et de privilèges similaires» à celles d’une ambassade.

C’est dans cette optique qu’une déclaration d’intention a été signée ce jeudi entre le Luxembourg et la Principauté «afin de réaliser des échanges entre les services des deux administrations sur l’innovation numérique.»

Visite du data center luxembourgeois

«Cette déclaration est l’aboutissement de discussions entre les équipes du Centre des technologies de l’information de l’État (CTIE), et de la délégation interministérielle pour la transition numérique monégasque», précise le communiqué du gouvernement. 

Frédéric Genta, délégué interministériel pour la transition numérique, a notamment visité le data center luxembourgeois, «qui est une référence en Europe en termes de ‘green IT’», ajoute le gouvernement.

Prévenir les cyberattaques

«Dès lors, ce partenariat permettra au CTIE et à la délégation interministérielle pour la transition numérique monégasque d’organiser un partage d’expertises et d’expérimentations sur des thèmes d’avenir tels que la dématérialisation des démarches administratives, l’e-santé, ou la mise en place d’une identité numérique pour chaque résident.»

Concernant la possibilité d’installer son e-ambassade au Grand-Duché, la Principauté explique qu’il «était devenu stratégiquement important de trouver une solution pour préserver certaines données contre des risques de cyberattaque ou de catastrophe naturelle, garanties qu’il est impossible de mettre en place sur un territoire de deux km2

Le Luxembourg héberge aussi des données sensibles telles que celles de l’Otan ou de l’Union européenne, notamment l’ensemble des archives électroniques de l’Office européen des brevets (OEB).

La rédaction a choisi pour vous

27 Avril 2018

C’est une première mondiale. Une curiosité aussi. L’Estonie a décidé d’ouvrir une ambassade numérique à l’extérieur du pays pour y mettre à l’abri ses données. Cette «data embassy» siégera au Luxembourg, où l’État luxembourgeois a mis à disposition de l’État balte une salle pour héberger des serveurs.

06:00

C’est le nombre de demandes de protection internationale reçues par la Direction de l’immigration au mois de novembre, soit le nombre le plus haut depuis le mois de juillet (238). Au total, depuis le début de l’année, 1.932 demandes ont été introduites au Luxembourg. Sur ce mois de novembre, par pays, 41 personnes venaient notamment d’Érythrée, 24 d’Afghanistan, 19 de Syrie, et 18 d’Algérie. Concernant les décisions prises depuis janvier, 41,8% des DPI ont obtenu le statut de réfugié, et une décision de transfert ou d’incompétence a été déclarée dans 33,4% des cas.