Un écosystème pour les «indutech»

13 Septembre 2018 Par Jonas Mercier
Les «indutech» sont ces nouvelles technologies qui couvrent l’industrie 4.0, mais aussi les cleantech, ou encore la robotique et la gestion intelligente de l’énergie.
Les «indutech» sont ces nouvelles technologies qui couvrent l’industrie 4.0, mais aussi les cleantech, ou encore la robotique et la gestion intelligente de l’énergie.
(Photo: Fedil)

La Fedil et l’incubateur spécialisé dans les technologies de l’industrie, Paul Wurth Incub, veulent concentrer leurs efforts pour faciliter les échanges entre leurs membres et favoriser les collaborations.

La Fedil et le Paul Wurth Incub ont décidé de renforcer leurs liens, jusqu’à maintenant informels, en signant jeudi un partenariat destiné à soutenir le développement des technologies industrielles dans l’économie réelle.

Celui-ci vise à faciliter les échanges entre les start-up et leurs solutions innovantes et les membres de la Fédération des industriels luxembourgeois. L’objectif affiché par cette collaboration est «une mise en relation ciblée et rapide entre l’offre et les besoins réels», précise un communiqué.

«Via cette collaboration, la Fedil va pouvoir élargir son offre de services dans le domaine de l’innovation à ses membres du secteur industriel», précise René Winkin, le directeur de la Fedil.

Développer l’«indutech»

À l’image de la Lhoft et de son écosystème autour de la technologie financière, la Fedil et l’incubateur créé par Paul Wurth souhaitent créer les bases d’un modèle similaire, autour de ce qu’ils appellent les «indutech», ces nouvelles technologies qui couvrent l’industrie 4.0, mais aussi les cleantech, ou encore la robotique et la gestion intelligente de l’énergie.

Pour rappel, la Fedil représente 95% de l’industrie manufacturière du Luxembourg, soit 25% de l’emploi national. Créé en octobre 2016, Paul Wurth Incub accueille 11 start-up, dont Data Things, Evvos, ispace ou encore Nomoko.

La rédaction a choisi pour vous

Côté belge, Kussbus a décidé de prolonger sa ligne belge jusqu’à la commune d’Habay, située après Arlon.

19 Septembre 2018

Après avoir ouvert au mois d’avril une première ligne entre Arlon et le Kirchberg/Glacis, la start-up luxembourgeoise proposera son service de bus partagés depuis Thionville d’ici la fin du mois. Elle compte sur le bouche à oreille pour attirer le plus grand nombre d’usagers.

19 Septembre 2018

La société luxembourgeoise Doctena augmente son capital de 8 millions d’euros grâce à des investisseurs privés. La plate-forme de prise de rendez-vous médicaux vise à consolider son activité dans les six pays où elle est active.

Face à une concurrence de plus en plus accrue entre les pays, voire les villes, les sommes qui peuvent être débloquées par le Digital Tech Fund sont trop faibles pour attirer des start-up étrangères à fort potentiel, estiment les dirigeants d’Expon Capital.

19 Septembre 2018

Deux ans après son lancement, le fonds d’amorçage public-privé affiche quatre jeunes pousses à son tableau de chasse. Mais il faudra augmenter son enveloppe pour espérer attirer au Luxembourg des start-up de plus grande envergure, prévient Expon Capital, la société de capital-risque en charge de sa gestion.