Un cluster «Économie sociale et solidaire Grande Région»

03 Juillet 2018 Par Ioanna Schimizzi
Le cluster a été lancé à l’occasion de la journée d’échange «D'Zukunft vun der Sozial- a Solidarwirtschaft zu Lëtzebuerg», qui s'est tenue à Echternach le 26 juin dernier.
Le cluster a été lancé à l’occasion de la journée d’échange «D’Zukunft vun der Sozial- a Solidarwirtschaft zu Lëtzebuerg», qui s’est tenue à Echternach le 26 juin dernier.
(Photo: Alexander Anyfandakis)

Un cluster dédié à l’économie sociale et solidaire dans la Grande Région vient d’être lancé par le ministère du Travail luxembourgeois et le conseil départemental de Meurthe-et-Moselle. Les autres territoires devraient l’intégrer prochainement.

Sujet incontournable dans la vision d’une économie plus respectueuse des hommes et de l’environnement, l’économie sociale et solidaire (ESS) possède désormais son cluster au sein de la Grande Région.

Nicolas Schmit, ministre luxembourgeois du Travail, de l’Emploi et de l’ESS, et Mathieu Klein, président du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle (CD 54), ont en effet lancé, le 26 juin dernier, le cluster «Économie sociale et solidaire Grande Région», dans le cadre de la journée d’échange «D’Zukunft vun der Sozial- a Solidarwirtschaft zu Lëtzebuerg», qui a eu lieu à Echternach.

«Nous sommes les deux initiateurs du projet, mais le but est que toutes les parties prenantes de la Grande Région intègrent le cluster», explique Sophie Lewandowski, chargée territoriale d’économie solidaire au CD 54 (qui fait partie du comité de pilotage). «Tous les pays n’ont pas la même définition de l’économie sociale et solidaire, il faut donc se mettre d’accord sur des valeurs communes.»

Être avant d’avoir

Et ces critères, quels sont-ils? «Ce sont des critères cumulatifs», précise Sophie Lewandowski. «Il doit s’agir d’une entreprise à impact sociétal. Ainsi, la gouvernance est étroitement associée aux concepts de démocratie participative et de démocratie sociale. Son activité doit être d’utilité sociale également, soit via le domaine dans lequel elle évolue (services à la personne, par exemple), ou par son engagement pour ses salariés (en mettant notamment en place des chantiers d’insertion).»

Le respect de l’environnement et la notion d’impact local (en privilégiant les circuits courts) font également partie des pierres angulaires de l’ESS. «Le critère au cœur du projet est l’humain. On définit aussi cette économie par le fait d’être avant d’avoir», appuie Sophie Lewandowski.

Créer des liens avec les entreprises «classiques»

«Nous venons tout juste de lancer le cluster, d’autres territoires de la Grande Région devraient nous rejoindre très rapidement.» L’idée derrière ce cluster «est de mettre en relation tous les acteurs de l’ESS: entreprises privées, entreprises de l’ESS, et autorités publiques. Nous souhaitons créer un écosystème, catalyser et faire émerger des projets de coopération à travers la Grande Région.» 

«Le but n’est pas de fournir des aides financières aux entreprises, mais de leur donner des ressources que l’on consolidera au fur et à mesure, et également de les mettre en relation avec des entreprises dites classiques.» Le premier événement du cluster «Économie sociale et solidaire Grande Région» devrait avoir lieu en début d’année prochaine. «Il s’agira d’une convention d’affaires solidaires transfrontalière, dans le but, là encore, de faire se rencontrer les entreprises de l’ESS et les entreprises classiques», confirme Sophie Lewandowski.

Parmi les premiers partenaires du cluster se trouve le programme «Interreg North-West Europe», ainsi qu’«EcoTransFaire», acteur transfrontalier de l’économie sociale et circulaire, basé à Belvaux, au Luxembourg. EcoTransFaire – qui est un projet européen mis en place en 2012, sous la forme d’un GEIE – assure en outre l’animation du cluster.

Plus d’informations sur: www.clusteress-gr.eu

La rédaction a choisi pour vous

Nicolas Schmit

21 Novembre 2017

Le 21 novembre 2017, Nicolas Schmit, ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Économie sociale et solidaire, et Patrick Nickels, président de la Société nationale de crédit et d’investissement (SNCI), se sont retrouvés à 6zero1, le premier incubateur d’entreprises sociales du Luxembourg implanté à Differdange, afin de signer un memorandum of understanding affirmant leur volonté forte de soutenir le développement des entreprises de l’économie sociale au Luxembourg.

Pour les trois élus frontaliers, la mobilité sera l’un des principaux enjeux du futur gouvernement luxembourgeois.

24 Septembre 2018

Alors que la campagne électorale pour les législatives du 14 octobre bat son plein, les maires et bourgmestre de Thionville, Villerupt et Arlon émettent quelques idées qu’ils aimeraient voir développées par le futur gouvernement.