TVA réduite pour les publications numériques

03 Octobre 2018 Par Ioanna Schimizzi
Les États membres pourront désormais appliquer des taux de la TVA réduits, ou même nuls aux publications numériques.
Les États membres pourront désormais appliquer des taux de TVA réduits, ou même nuls, aux publications numériques.
(Photo : Shutterstock)

Les États membres de l’UE pourront désormais appliquer des taux de taxe sur la valeur ajoutée semblables à ceux appliqués aux publications imprimées.

Les 28 pays de l’Union européenne sont parvenus à un accord ce mardi 2 octobre concernant la TVA sur les publications numériques. Le conseil affaires économiques et financières (Écofin) a adopté la proposition de la Commission européenne, modifiant la directive TVA, pour accorder aux États membres la possibilité d’appliquer aux publications numériques (livres électroniques et journaux en ligne) les mêmes taux de TVA que ceux appliqués aux publications imprimées. 

La directive TVA de 2006 obligeait les États membres à taxer les services fournis par voie électronique, y compris les publications, au taux normal de TVA. Il en ressortait que les États membres ne pouvaient appliquer aux publications électroniques les taux réduits qu’ils appliquent actuellement aux publications physiques.

«Une bonne nouvelle pour la presse»

«Je me réjouis que désormais, d’un point de vue fiscal, ‘un livre est un livre’ indépendamment de son support», a ainsi réagi Pierre Gramegna, ministre des Finances.

Pierre Moscovici, commissaire européen aux Affaires économiques et financières, a également commenté cet accord sur son compte Twitter:

La rédaction a choisi pour vous

06:34

Les négociations autour d’une convention collective de travail au sein de Luxtram ne sont pas engagées sur une bonne voie. L’OGBL et le FNCTTFEL-Landesverband ont décidé de saisir l’Office national de conciliation.

06:00

Un mois après les élections législatives, les négociations de coalition se poursuivent, avec la tenue, mercredi, d’une nouvelle séance plénière. Et, comme depuis le début du processus, la parole des principaux intéressés se fait rare.

Pour Patrick Dury, président du LCGB, «la digitalisation va occuper la plupart des débats au cours des prochaines années».

13 Novembre 2018

Désireux de «répondre aux mutations du travail 4.0», le syndicat a dévoilé, mardi, cinq axes de réflexion voués à «renforcer les droits des salariés». Avec, pour ambition, d’anticiper des transformations qui impacteront «la future cohésion sociale» de la société.