Transports, cannabis… Le Luxembourg cité à l’étranger

06 Décembre 2018 Par Jonas Mercier
Le Guardian, The Independant et le Marijuana Business Daily citent le Luxembourg.
Le Guardian, The Independant et le Marijuana Business Daily citent le Luxembourg.
(Photo: Matic Zorman / archives)

Les mesures phares du gouvernement sont largement citées dans la presse internationale, plus particulièrement la gratuité des transports en commun et la légalisation du cannabis.

Pour une fois, ce n’est pas la finance qui est associée au Luxembourg dans la presse étrangère, mais les mesures phares annoncées par le nouveau gouvernement. Dans un article daté de mercredi, The Guardian titre: «Luxembourg devient le premier pays à rendre gratuit le transport public».

«Les tarifs des trains, des tramways et des bus seront levés l’été prochain dans le cadre du plan du gouvernement de coalition réélu», précise le quotidien britannique. The Independant cite également cette mesure dans un article, rappelant au passage que le prix des billets de train devrait être augmenté de 3% en 2019 en Grande-Bretagne.

Les deux journaux, comme d’autres, tels que le Marijuana Business Daily, mentionnent également la volonté du nouvel exécutif de légaliser le cannabis.

Cela pourrait devenir un «milestone» pour l’Union européenne, indique le site d’information en ligne. Mais d’ajouter que «les possibilités d’affaires seront limitées par une disposition qui permettra de vendre uniquement aux résidents adultes du pays».

La rédaction a choisi pour vous

Le créateur Karl Lagerfeld est décédé ce mardi à Paris.

19 Février 2019

Au propre comme au figuré, depuis plus de 50 ans, Karl Lagerfeld était aussi incontournable qu’iconique dans la mode. Sa disparition mardi à l’âge de 85 ans provoque un émoi à la hauteur de sa réputation. Témoignages recueillis au Luxembourg.

Donald Trump

06 Février 2019

Dans son discours sur l’état de l’Union ce mardi, le président des États-Unis a notamment confirmé la construction d’un mur à la frontière mexicaine et appelé les élus divisés aux «compromis».