Theresa May applaudie à Bruxelles

15 Décembre 2017 Par Jonas Mercier
Londres devra attendre le mois de mars pour que les négociations commerciales débutent, ont prévenu les dirigeants européens.
Londres devra attendre le mois de mars pour que les négociations commerciales débutent, ont prévenu les dirigeants européens.
(Photo: Commission Européenne)

Les dirigeants européens ont salué les efforts de ces derniers jours réalisés par la Première ministre britannique dans les discussions de la sortie de son pays de l’Union européenne. La deuxième phase de négociations devrait débuter au mois de janvier.

Une fois n’est pas coutume. La Première ministre britannique s’est fait applaudir lors d’un dîner avec ses homologues européens, jeudi soir, alors que se tenait à Bruxelles un sommet de l’Union. Vendredi, les 27 devraient confirmer que la première phase des négociations touche à sa fin et que les discussions concernant le partenariat post-Brexit avec le Royaume-Uni peuvent commencer.

Theresa May lors de son arrivée au Conseil européen:

Theresa May a en effet assuré que son pays était «en bonne voie pour tenir ses promesses sur le Brexit». «Nous avons de très bonnes discussions. J’ai hâte de discuter des futures relations commerciales et sécuritaires», a-t-elle indiqué jeudi soir, à l’issue du dîner.

Les Britanniques attendent en effet avec impatience de parler des modalités commerciales qui les lieront avec les marchés de l’Union européenne. Mais les Européens ont averti que si de nouvelles discussions peuvent être ouvertes après les fêtes, il sera d’abord question de la période de transition qui suivra la séparation effective, prévue fin mars 2019.

Londres devra attendre le mois de mars pour que les négociations commerciales débutent, ont prévenu les dirigeants européens.

À son arrivée au Conseil européen, Xavier Bettel s’était montré confiant quant à l’attitude de Mme May.

La rédaction a choisi pour vous

Jean-Claude Juncker et la Commission souhaitaient un accord avant les élections de mai 2019.

14 Décembre 2018

Il n’a pas été question que du Brexit lors du sommet européen des chefs d’État jeudi soir à Bruxelles, qui se poursuit ce vendredi. La question migratoire, l’intervention russe en mer d’Azov ou la réforme de la zone euro sont aussi au centre des préoccupations.

14 Décembre 2018

Paperjam.lu vous propose chaque jour la revue de presse de l’économie par Marc Fiorentino, en partenariat avec Monfinancier.com. Un regard vif et acéré sur l’actualité au travers des unes des quotidiens français et internationaux.

14 Décembre 2018

La Première ministre britannique Theresa May souhaitait obtenir de nouvelles garanties des 27 pays européens quant à certaines conditions du prochain Brexit. Un accord qu’il est hors de question de renégocier.