Tétris Luxembourg fête ses cinq ans

07 Septembre 2018 Par Céline Coubray
Alain Meyer est le directeur de Tetris Luxembourg.
Alain Meyer est le directeur de Tétris Luxembourg.
(Photo: Tétris Luxembourg)

La société Tétris Design & Build célèbre, vendredi 7 septembre, les cinq ans de sa création au Luxembourg. Alain Meyer, son directeur, nous présente le chemin parcouru et les enjeux à venir.

Monsieur Meyer, pouvez-vous nous présenter votre entreprise?

«Tétris a été créée en 2003 à Paris et rachetée en 2007 par JLL, en complément de l’offre de services immobiliers proposés par le groupe. Nous sommes donc partis d’une société individuelle française à une filiale de JLL, ce rachat ayant accéléré le développement de Tétris à travers l’Europe, et même au-delà. Aujourd’hui, Tétris est une marque à part entière et développe une activité de prestation d’entreprise générale d’aménagement de bureaux, d’hôtellerie et de commerces, une activité de conception et de réalisation d’aménagements intérieurs, ce qui est distinct de l’activité de conseil et de transactions immobilières réalisée par le groupe JLL.

Depuis quand Tétris est-elle présente au Luxembourg, et comment s’est-elle développée?

«Tétris Luxembourg a été créée ex nihilo en 2013 et connaît une croissance continue depuis. Nous intervenons presque exclusivement dans l’aménagement de bureaux, pour le compte de clients de JLL, sans exclure d’autres clientèles, bien évidemment. Aujourd’hui, l’équipe de Tétris Luxembourg compte six personnes et réalise un chiffre d’affaires qui devrait atteindre les 12 millions d’euros en 2018, sachant que la première année, nous avions réalisé 2 millions de chiffre d’affaires.

Pourriez-vous nous donner des exemples de projets réalisés ces cinq dernières années?

«Au cours de ces cinq dernières années, nous avons aménagé plus de 20.000m2 de surface de bureaux pour environ 45 projets. Parmi nos clients, nous avons la chance de compter un des géants de l’e-commerce, pour lequel nous avons réalisé une dizaine d’aménagements de bureaux à Luxembourg. C’est assez exceptionnel comme relation commerciale, et nous en sommes très fiers.

Nous pouvons aussi citer les aménagements réalisés pour le cabinet d’avocats Hogan Lovells, qui s’est adressé à nous pour leurs deux implantations successives au Luxembourg. Ils sont représentatifs de notre clientèle, puisqu’il s’agit d’un groupe international qui s’adresse à nous, autre groupe international, pour gérer leurs implantations dans les différents pays visés.

Enfin, je citerai le projet du Dôme, livré en 2017, pour lequel nous sommes intervenus non pas dans les parties locatives, mais dans les parties communes, afin de remettre en valeur cet immeuble de bureaux qui avait perdu en attractivité. Notre intervention a permis de revaloriser l’immeuble avant sa mise en vente.

Tétris intervient dans l’aménagement de bureaux pour le secteur tertiaire. Photo: Tétris LuxembourgTous les types d’espaces sont pris en charge, y compris les salles de conseil. Photo: Tétris Luxembourg

Ces exemples montrent que vous êtes principalement actifs dans le secteur privé, pour des immeubles de bureaux, alors que le groupe Tétris intervient aussi pour des commerces ou des hôtels. Est-ce un choix volontaire?

«Cela correspond en fait à la réalité et aux besoins du marché luxembourgeois. Il y a 4 millions de mètres carrés de bureaux au Luxembourg. C’est aussi le marché de JLL au Luxembourg, c’est donc logiquement auprès de cette clientèle que nous intervenons. Le marché du commerce, même s’il est dynamique au Luxembourg, ne représente pas le même volume d’affaires, et celui de l’hôtellerie est plus difficile à percer.

Le marché de bureaux est suffisamment riche en opportunités pour s’y concentrer, mais rien n’est exclu. Par ailleurs, si nos principaux clients sont issus du secteur privé, nous travaillons aussi avec des administrations publiques, comme en ce moment avec la Caisse nationale de santé (CNS), pour laquelle nous réalisons une mission de conseil. 

Nos clients recherchent la simplicité. Ce sont des groupes qui contractent avec des groupes, de manière coordonnée.

Alain Meyer, directeur Tétris Luxembourg

En quoi votre travail se distingue-t-il de celui d’un architecte d’intérieur?

«Nos clients ne souhaitent pas gérer directement leur projet d’aménagement et les risques qui y sont liés. Nous offrons une garantie de résultat, de qualité, de prix et de délais, que le cumul de prestations individuelles, comme celle de l’architecte d’intérieur, du bureau d’études, des marchés de travaux individuels, ne permet pas. Nous sommes là pour leur livrer des projets clés en main avec un haut niveau de garantie, et dans les délais demandés.

C’est une évolution du monde aujourd’hui: les entreprises souhaitent externaliser ce qui ne relève pas de leur corps de métier, ainsi qu’un maximum de risques. Nous leur offrons ce service complet, et ce dans plusieurs pays. Pour les entreprises qui s’internationalisent, nous leur évitons de devoir à chaque fois trouver de nouveaux prestataires, de nouvelles procédures. Nos clients recherchent la simplicité. Ce sont des groupes qui contractent avec des groupes, de manière coordonnée. Et cela est une qualité réelle. Nous avons des clients qui viennent voir Tétris Luxembourg parce qu’ils ont été contents de Tétris dans un autre pays.

Et inversement, quand un client a été satisfait de sa prestation à Luxembourg, il fera appel à Tétris dans un autre pays s’il en a besoin. Notre marque est là pour contenir cette bonne expérience. C’est ce qui fait la richesse de Tétris et son obligation de bons résultats et de services aux clients.

Avez-vous remarqué des spécificités au marché luxembourgeois?

«Nous avons une clientèle très cosmopolite; nous devons donc gérer des cultures très différentes. Certains d’entre eux sont éloignés par la distance, mais aussi par la culture. Nous devenons alors leur point de contact dans le pays.

Comment procédez-vous alors pour accompagner ces clients éloignés?

«Nous essayons, dans la mesure du possible, de visiter les locaux existants de nos clients. Si cela n’est pas possible, nous leur demandons des images d’inspiration et nous essayons un maximum de les faire parler pour comprendre leurs besoins actuels, mais aussi leurs besoins à moyen et long terme, car il faut savoir que l’on construit en général pour neuf ans. Nous devons donc avoir une idée de leurs perspectives de développement.

Nous essayons d’être le plus clairs et le plus explicites possible dans la description de nos produits.

Alain Meyer, directeur Tétris Luxembourg

Quel pourrait être le développement de Tétris Luxembourg pour les cinq prochaines années?

«Pour la partie conception, nous utilisons de plus en plus, et de manière très volontaire, les nouveaux outils qui sont à notre disposition, comme le BIM et la réalité virtuelle, et ce afin de mieux décrire une situation spatiale en conception. Cela facilite l’acte de décision pour nos clients, qui achètent encore aujourd’hui un produit non fini, qu’ils ne découvriront qu’à la fin du processus. Nous essayons d’être le plus clairs et le plus explicites possible dans la description de nos produits. Idéalement, nous aimerions arriver à visualiser un produit en 3D avant que le client ne signe son contrat. Nous n’y sommes pas encore, mais nous aimerions y parvenir.

Pour la partie exécution, les bâtiments restent encore de l’artisanat, des matériaux lourds, une combinaison de plans, matériaux, personnes, réunions. C’est pour cela que nous sommes là, parce que c’est complexe et artisanal, et que cela ne sera jamais remplacé par un logiciel ou un service informatisé.»

La rédaction a choisi pour vous

Immeuble Allegro au Kirchberg

12 Décembre 2018

Le gestionnaire d’actifs termine l’année avec une troisième acquisition immobilière. Après le siège d’Atoz au Findel et un nouvel immeuble à Bertrange, c’est Allegro au Kirchberg qui vient de passer dans son escarcelle.

04 Décembre 2018

Afin de vivre plus confortablement, les propriétaires de cette maison unifamiliale ont décidé d’aménager leurs combles, de les transformer en nouvel espace à vivre et d’y apporter une extension.