«Tenir également compte des jeunes»

07 Juin 2018 Par Paperjam.lu
Vanessa Hallmanns
Vanessa Hallmanns: «Les métiers ferroviaires – à part ceux qui sont bien visibles aux voyageurs en train – ne sont pas toujours bien connus du grand public.»
(Photo: CFL)

Paperjam a invité 200 des plus gros employeurs du pays à répondre à une enquête pour connaître leurs besoins en ressources humaines en 2018. Voici les réponses de Vanessa Hallmanns, chargée de gestion dans le service Recrutement et mobilité aux CFL.

Quels profils seront indispensables pour le développement futur de votre société? Quelle stratégie mettez-vous en place pour disposer de ces profils?

«Nous cherchons des personnes ayant suivies une solide formation complétée par une première expérience professionnelle réussie qui se passionnent pour le domaine ferroviaire et le sujet de la mobilité. Nous souhaitons recruter des futurs collaborateurs qui se caractérisent par un esprit ouvert et entrepreneurial et qui souhaitent s’investir dans une formation métier sur le long terme.
Au niveau de notre stratégie, nous misons sur des approches bien diversifiées et adaptées en fonction de notre cible. Lors de nos démarches, nous ne mettons non seulement pas le focus sur les candidats d’aujourd’hui, mais tenons également compte des jeunes qui deviennent potentiellement les candidats de demain.

Nous cherchons de plus en plus de profils bien spécifiques ayant une orientation technique.

Vanessa Hallmanns, chargée de gestion dans le service Recrutement et mobilité aux CFL

Êtes-vous confrontés à une nouvelle guerre des talents?

«Comme la plupart des entreprises présentes sur le marché luxembourgeois et dans la Grande Région, nous cherchons de plus en plus de profils bien spécifiques ayant une orientation technique. Les métiers ferroviaires – à part ceux qui sont bien visibles aux voyageurs en train – ne sont pas toujours bien connus du grand public, ce qui exige plus de démarches au niveau de la communication et la présentation des métiers aux candidats potentiels.»

En résumé:

  • Nom de la société: CFL – Société nationale des chemins de fer luxembourgeois
  • Nombre d’employés: Groupe CFL: 4.520
  • Secteur d’activité: transport voyageur et fret, logistique
  • Nombre de recrutements prévus pour 2018: environ 400 personnes à recruter, plusieurs procédures de recrutement ont déjà été lancées
  • Départements/entités concerné(e)s: CFL Maison mère: entre autres: Activités voyageurs, Trains et matériel, Ingénierie infrastructure, Maintenance infrastructure, Exploitation infrastructure; CFL multimodal, CFL cargo SA, CFL technics
  • Profils recherchés: accompagnateurs des trains, conducteurs de locomotives voyageurs et fret, conducteurs de manœuvre, grutiers, techniciens en signalisation & télécommunication, chefs de circulation, ingénieurs (bachelor & master) en électrotechnique & en télécommunication, experts sécurité ferroviaire, experts en logistique etc.

La rédaction a choisi pour vous

Le télétravail doit être accepté du côté des salariés, mais surtout du côté des entreprises qui doivent installer une relation de confiance.

03 Août 2018

La digitalisation de la société bouleverse les conditions de travail. La Chambre des salariés (CSL) a compilé plusieurs études pour faire l’état des lieux de l’usage du télétravail au Luxembourg. Le pays se place dans la moyenne européenne, même s’il reste des efforts à faire pour que cette pratique se démocratise.

Amazon Luxembourg à Clausen

30 Juillet 2018

Les trois entreprises qui affichent la plus forte croissance en effectifs sont Amazon, Deloitte et KPMG, selon le Statec, qui propose une photographie d’un marché de l’emploi dominé par des sociétés de services aux entreprises et du secteur financier.

Des employés qui se concertent avec leurs employeurs pour moduler leur emploi du temps ont plus de chance d’être productifs et satisfaits de leur travail.

26 Juillet 2018

Une société en Nouvelle-Zélande a testé pendant deux mois la semaine de quatre jours en concertation avec ses employés. Résultat: moins de stress, plus de motivation et de productivité. Un modèle qui pourrait inspirer le Luxembourg?