Tableaux d’une élection

25 Octobre 2018 Par d'Lëtzebuerger Land
Dans ce numéro, le Land revient aussi sur les négociations en cours pour la nouvelle coalition.
(Photo: d'Lëtzebuerger Land)

Chaque semaine, Paperjam.lu vous propose de découvrir les grands dossiers qui font la une du Lëtzebuerger Land. Cette semaine, les journalistes du Land se penchent sur les profils des électeurs de ces dernières législatives.

Quels sont les milieux sociaux dont lesquels prévalurent les différents partis lors des législatives du 14 octobre? Est-ce qu’il y avait un vote des ouvriers, des diplômés, des hauts ou des bas salaires? Comment se sont opérés les transferts de voix entre les partis? Où sont allés les électeurs qui ont abandonné le CSV? Est-ce que les partis du gouvernement se sont cannibalisés entre eux? Qui a voté pour les Pirates? Dans sa nouvelle édition, le Lëtzebuerger Land fournit les premières réponses statistiques à ces questions.

Rituels

Lors de la formation d’un nouveau gouvernement, un certain nombre de rituels doivent être observés. La qualification de l’ambiance comme «constructive», au pire des cas, et d’«excellente», au meilleur – indépendamment de la distance programmatique qui éloigne les coalisés –, en fait partie. Comme l’affirmation qu’on parle contenu d’abord et postes ensuite. Alors que continue cette semaine l’état des lieux avec les administrations, avant le début des négociations «réelles» en novembre, les journalistes attendent devant la porte pour bombarder le formateur Xavier Bettel (DP) de questions pertinentes, comme: «Pouvez-vous nous dire quelque chose?» Mais Bettel reste toujours évasif. Toutefois, on est en droit de se demander ce que peuvent bien faire ces nombreux groupes de travail et délégations politiques à longueur de journée, puisqu’il s’agit d’une majorité sortante, et ce sont donc leurs propres caisses qu’ils contrôlent, pas celles du CSV. 

Glyphosate, bombe à retardement

Sans y être mentionné de manière explicite, le glyphosate est néanmoins contenu dans l’arrêt du Conseil supérieur de la sécurité sociale du 15 octobre. En seconde instance, les juges disaient que le cancer, dont souffre un paysagiste ayant dû manier du glyphosate, doit être reconnu comme maladie professionnelle par l’assurance-accident. L’arrêt pourrait avoir des implications profondes. Car a priori, les règles selon lesquelles est constatée une maladie professionnelle jouent plutôt en faveur de chaque assuré. Mais ce sont, entre autres substances «nocives», justement des pesticides, dont le Roundup, qui figurent comme «risques spécifiques» dans la ligne d’argumentation des juges. Il ne semble donc pas à exclure que d’autres personnes – agriculteurs et viticulteurs par exemple – pourraient se manifester en demandant la reconnaissance d’un cancer en tant que maladie professionnelle. Mais déjà l’arrêt du 15 octobre est susceptible d’influencer la politique en matière de pesticides pour finalement réduire leur utilisation, voire interdire carrément les substances les plus dangereuses.

La rédaction a choisi pour vous

Dans ce numéro, le Land revient aussi sur la présentation de la Luxembourg Space Agency.

18 Octobre 2018

Chaque semaine, Paperjam.lu vous propose de découvrir les grands dossiers qui font la une du Lëtzebuerger Land. Cette semaine, les journalistes du Land se penchent sur la publication «Rapport travail et cohésion sociale» du Statec.

Dans ce numéro, le Land revient sur le mandat de la coalition et la présence du CSV.

11 Octobre 2018

Chaque semaine, Paperjam.lu vous propose de découvrir les grands dossiers qui font la une du Lëtzebuerger Land. Cette semaine, retour sur le mandat de la coalition et sur l’ombre du CSV.

Dans ce numéro, le Land revient sur le parcours politique de Xavier Bettel.

04 Octobre 2018

Chaque semaine, Paperjam.lu vous propose de découvrir les grands dossiers qui font la une du Lëtzebuerger Land. Cette semaine, retour sur le parcours politique de Xavier Bettel.