SpaceX remplit son contrat avec SES

04 Juin 2018 Par Paperjam.lu

Initialement prévu pour le 1er juin, le lancement du satellite de télécommunication de l’opérateur luxembourgeois a finalement eu lieu dans la nuit de dimanche à lundi. Ce dernier vise à couvrir une zone située entre Chypre et l’Australie.

Nouvelle collaboration réussie entre SES et SpaceX. Après les satellites SES-10, SES-11 et GovSat-1, c’est au tour de SES-12 d’être mis correctement en orbite par la société américaine, dans la nuit de dimanche à lundi, depuis la base de Cap Canaveral. Initialement prévue pour le 1er juin, la mission avait dû être reportée en raison d’une vérification supplémentaire de dernière minute. Celle-ci était la dernière du contrat qui liait la société d’Elon Musk au géant de Betzdorf.

Destiné, selon SES, à «satisfaire les besoins divers des clients dans les marchés de la vidéo, des données fixes, de la mobilité et du secteur gouvernemental en Asie-Pacifique et au Moyen-Orient», l’engin doit remplacer le satellite NSS-6. Construit par Airbus Defense and Space, SES-12 se veut un engin «tout électrique» puisqu’aussi bien sa mise en orbite initiale que les manœuvres réalisées ultérieurement seront faites via un système de propulsion fonctionnant avec des batteries. Et non avec du carburant. 

Selon le calendrier des lancements prévus par SES, les prochaines mises sur orbite se feront en 2019 – quatre satellites O3b – et en 2021 pour le SES-17. Des engins qui partiront soit de la base de Kourou avec Ariane, soit de la base de Baïkonour avec Soyouz. La date de lancement des sept satellites du réseau O3b mPower n’a, à ce jour, pas encore été arrêtée. Au même titre que le choix du lanceur.

La rédaction a choisi pour vous

Apple entend se démarquer de ses rivaux et montrer patte blanche concernant la protection des données.

19 Octobre 2018

Emmanuel Vivier et le HUB Institute vous proposent chaque jour le #HUBRADAR, une sélection des tendances et des meilleures innovations technologiques en trois articles.

«C’est une grande fierté, bien sûr, et j’aurais sans doute plus de poids quand j’irai parler à mon CEO, demain», s’est amusé Grégory Nou (BGL BNP Paribas), le nouveau «Ciso of the year»

19 Octobre 2018

Le responsable de la sécurité informatique de BGL BNP Paribas a reçu, jeudi soir, le prix du CISO of the Year. Il succède à Maria Dolores Perez, de chez KBL epb. Cette disctinction, remise dans le cadre de la seconde édition de la Cybersecurity Week, récompense les responsables de la sécurité informatique les plus engagés.

Guy-Philippe Goldstein, maître de conférences à l’École de guerre économique de Paris

18 Octobre 2018

La complexification des cyberattaques pousse les experts de sécurité informatique à chercher de nouveaux schémas de protection. L’un d’entre eux est la «cyber deception», ou l’art de tromper les cybercriminels pour mieux les observer. Il en était question ce jeudi, lors du PwC Cybersecurity Day.