Skwarel s’attaque aux fiduciaires du Luxembourg

23 Juillet 2018 Par Jonas Mercier
Grâce à une levée de fonds d’un million d’euros au mois de juin, la jeune pousse veut non seulement grossir au Luxembourg, mais aussi s’attaquer à la Flandre.
Grâce à une levée de fonds d’un million d’euros au mois de juin, la jeune pousse veut non seulement grossir au Luxembourg, mais aussi s’attaquer à la Flandre.
(Photo: Skwarel)

La start-up belge a développé une plate-forme pour faciliter la relation entre les cabinets de comptabilité et leurs clients. Le Luxembourg représente pour elle un marché «à haut potentiel de digitalisation.»

Convaincre un millier de PME luxembourgeoises à utiliser sa plate-forme de «collaboration comptable» d’ici la fin de l’année, voici l’objectif que s’est fixé Skwarel. Créée en 2012, la jeune pousse belge a décidé de passer la seconde au Grand-Duché, où elle est active depuis le début de l’année.

Une ambition rendue possible grâce à une levée de fonds d’un million d’euros réalisée au mois de juin – elle avait déjà levé 800.000 euros en 2015 aurpès d'investisseurs institutionnels belges et de business angels –, qui va lui permettre non seulement d’améliorer les fonctionnalités de son logiciel, mais aussi de se développer au Luxembourg, ainsi qu’en Flandres.

Un pays compatible

Skwarel travaille déjà avec une dizaine de cabinets comptables au Luxembourg, par exemple les fiduciaires Funck ou Kolmio, et touche une centaine de PME. Elle souhaite donc améliorer son taux d’adoption sur le marché, autant du côté des cabinets comptables que des entreprises bénéficiaires.

Le logiciel qu’elle a développé rassemble et simplifie la communication entre les fiduciaires et leurs clients, et donc la gestion des dossiers. L’application est compatible avec plusieurs logiciels de comptabilité, dont Bob 50, qui est largement répandu au Luxembourg.

Son business model se base sur le paiement par les fiduciaires d’un abonnement mensuel, qui va de 75 à 1.000 euros.

Nous prévoyons de traduire l’application en allemand pour répondre au mieux à la demande.

Philippe Denis, CEO de Skwarel

L’une des principales plus-values offertes par cette solution est qu’elle permet la dématérialisation de toutes les pièces justificatives et génère des messages automatiques personnalisés pour demander des informations manquantes aux entrepreneurs.

«Le lancement de Skwarel au Grand-Duché de Luxembourg s’explique par le fait que les éditeurs de logiciels avec lesquels Skwarel est interconnecté sont présents au Luxembourg», note Philippe Denis, CEO de Skwarel. «Nous prévoyons également pour la fin 2018 de traduire toute l’application en allemand pour répondre au mieux à la demande.

Fiche d'identité

Date de création: octobre 2013

Localisation: Etterbeek

Chiffre d’affaires: N/C

Capital social: 796.495 euros

Levée(s) de fonds: 1,8 million d'euros

Nombre d'employés: 10

La rédaction a choisi pour vous

«Nous avons acquis plus de 60.000 utilisateurs en quelques mois sur le marché africain, et nous avons donc besoin d’appliquer correctement un programme KYC conforme rapide et facile», explique Koosmik.

07 Décembre 2018

Koosmik, jeune pousse fintech spécialisée dans les services financiers mobiles et des solutions de porte-monnaie numérique, annonce un partenariat avec une autre start-up luxembourgeoise, Algoreg, pour accélérer son développement en Afrique.

La version Solo Pro en support plastique est déjà disponible à la vente sur le site de Coinplus pour 40 euros.

05 Décembre 2018

La start-up luxembourgeoise Coinplus lance une solution physique pour mettre en sécurité les codes d’accès à un compte en monnaie virtuelle. Elle espère que sa solution convaincra privés et institutionnels à franchir le pas.

29 Novembre 2018

Une bouteille millésimée, une voiture de collection, un bitcoin… Aujourd’hui, il est possible d’investir dans presque tout. Sauf peut-être la musique. ANote Music a décidé de dépoussiérer le milieu très fermé de cette industrie en développant une plate-forme pour connecter artistes et petits investisseurs.