Seul Macron a pu décoller suite à l’incident au Findel

30 Août 2017 Par Frédéric Antzorn
Avion Macron
Alors que les opérations aériennes étaient suspendues mardi soir au Findel, l’avion d’Emmanuel Macron a pu exceptionnellement décoller à 23h53.
(Photo: Anthony Dehez)

Une panne survenue sur un petit appareil privé a paralysé le trafic aérien mardi soir au Findel, impactant les activités de plusieurs compagnies, dont Luxair, durant plusieurs heures. Pendant ce blocage, une dérogation spéciale a été accordée au jet qui devait ramener le président français à Paris, après une visite auprès de Xavier Bettel.

Les autorités de l’aéroport de Luxembourg – Lux-Airport et l’Administration de la navigation aérienne (Ana) en tête – ont apporté ce mercredi des précisions sur l’incident survenu mardi soir au Findel qui a paralysé le trafic aérien durant plusieurs heures.

Elles ont indiqué, par la voix notamment de François Mathieu et de Thierry Hirtz (Ana), que cet incident aux conséquences heureusement limitées était lié à un monomoteur privé de type Piper qui après son décollage a rencontré un problème technique – probablement d’origine électrique – qui a contraint son pilote, seul à bord, à rebrousser chemin et, avec beaucoup de sang-froid, à se poser en urgence, sans même pouvoir prévenir le contrôle aérien, puisque privé de radio.

Également en panne de train d’atterrissage, l’appareil – sans plus aucune lumière non plus – s’est posé sur le ventre, sur le gazon bordant la piste.

Procédure d’urgence

Ce n’est qu’à ce moment, vers 21h30, que le pilote – qui n’a pas été blessé – a pu avertir les autorités aéroportuaires de cet incident.

Celles-ci ont alors déclenché une procédure d’urgence qui a mené à la fermeture immédiate de la piste et à l’intervention des pompiers de l’aéroport qui ont pris en charge l’évacuation de l’appareil accidenté.

Cette manœuvre, ainsi que les vérifications d’usage pour autoriser à nouveau le trafic ont nécessité près de quatre heures.

Vols détournés

Elles ont impacté la circulation aérienne tant au départ, pour des vols commerciaux et de fret, qu’à l’arrivée puisque dix vols Luxair notamment – avec plus de 840 passagers au total – ont dû être détournés, dont neuf vers l’aéroport de Francfort-Hahn et un vers celui de Liège.

Huit de ces vols ont pu rentrer avec leurs passagers après la réouverture de l’aéroport, vers 1h30 du matin, tandis que les deux derniers sont rentrés plus tard à vide, leurs passagers – en provenance de Rome à Francfort-Hahn et de Hurgada à Liège – ayant été rapatriés, non sans difficulté pour ceux détournés vers la Belgique, à Luxembourg par des services de bus et de taxis commandés par Luxair.

Au départ du Findel, deux vols de Ryanair vers Londres et de Easyjet vers Porto ont dû être annulés, contraignant quelque 300 personnes à passer la nuit dans l’enceinte même de l’aéroport où elles ont été prises en charge par Lux-Airport, en collaboration avec l’Administration des services de secours qui a mis à leur disposition des lits de camp, ainsi que de la nourriture et des boissons.

Dérogation spéciale

La situation est revenue à la normale peu à peu ce mercredi dans la matinée après l’annulation encore, au petit matin et pour des raisons opérationnelles, d’un vol de KLM à destination d’Amsterdam et d’un autre de la Lufthansa vers Francfort.

À noter enfin que durant les quatre heures de fermeture de l’aéroport, un seul vol a été autorisé au décollage peu avant, en l’occurrence celui du président français Emmanuel Macron – en visite officielle mardi soir à Luxembourg – qui a bénéficié d’une dérogation spéciale pour pouvoir rejoindre Paris.

La rédaction a choisi pour vous

07:24

C’est le nombre d’emplois qui seraient supprimés en Moselle dans les équipes techniques du journal, dans le cadre d’un plan de suppression de 130 postes voulu par le groupe Erba, détenu par le Crédit Mutuel, propriétaire d’une dizaine de journaux dans l’est de la France. Conséquence: la fermeture probable du centre d’impression du Républicain Lorrain.

07:00

Investors are currently realizing that the levels at which markets trade make it more challenging to deliver attractive investment returns than in recent decades. Cash and savings rates remain extremely low and bond and equity prices have moved up so much that the potential for additional gains is being questioned by many. Also, and not for the first time in the last few years, markets are struggling to find the balance between economic fundamentals, the outlook for policymaking and (geo-)political risks.