Sasha Baillie citée pour diriger Luxinnovation

17 Avril 2018 Par Thierry Raizer
Sasha Baillie, Luxinnovation
Sasha Baillie a notamment été la cheville ouvrière du projet GovSat.
(Photo: Julien Becker / archives )

Le nom du chef de cabinet adjoint d’Étienne Schneider circule comme probable nouveau CEO de Luxinnovation.

La gouvernance de Luxinnovation est en phase de renouvellement. Après l’arrivée de Mario Grotz à la présidence, c’est désormais un CEO qui doit être trouvé pour l’agence nationale de soutien à l’innovation, qui dispose aussi d’un rôle important dans la promotion et la prospection économiques.

Un CEO, ou plutôt une CEO, d’après les informations du Lëtzebuerger Journal. Dans leur édition de mardi, nos confrères avançaient le nom de Sasha Baillie pour succéder à Jean-Paul Schuler, qui a quitté ses fonctions le 1er avril dernier.

Du côté du ministère de l’Économie, qui assure la tutelle et donc validera la future nomination, on ne souhaite pas commenter l’information du Lëtzebuerger Journal à Paperjam.

CV sur mesure

Pas d’avancée sur le nom, mais un profil qui semble taillé pour le poste si Sasha Baillie venait à être choisie. Chef de cabinet adjoint du ministre de l’Économie Étienne Schneider (LSAP), Mme Baillie dispose d’une expérience internationale et au Luxembourg, touchant aux différents ressorts de Luxinnovation.

Elle a notamment coordonné au ministère le projet de réforme de promotion économique du pays et assure la présidence du comité interministériel en charge du nation branding.

Sasha Baillie a aussi été ambassadrice. C’est d’ailleurs lorsqu’elle était directrice des relations économiques internationales et des affaires européennes auprès du ministère des Affaires étrangères qu’elle a été «débauchée» par Étienne Schneider, en 2014. Elle avait alors parmi ses attributions… la promotion du Luxembourg dans le monde.

La rédaction a choisi pour vous

Table ronde JLL sur le nation branding.

18 Février 2015

Workshops, consultation populaire: le comité pour le nation branding travaille à dégager des axes forts. Certains acteurs, comme la Confédération du commerce, craignent cependant que ces choix n’affectent la promotion tangible du pays.