RTL et l’État resignent jusqu’en 2030

03 Avril 2017 Par Thierry Raizer
Thomas Rabbe, RTL Group, Xavier Bettel, Premier ministre et Jacques Santer.
Thomas Rabe, Xavier Bettel et Jacques Santer ont signé les accords au ministère d’État le 31 mars.
(Photo: SIP)

Le groupe de médias et le gouvernement ont finalisé un accord en deux phases, l’une portant sur l’exploitation des fréquences TV et radio et l’autre sur la fourniture d’un programme de service public télévisé au Luxembourg.

Les parties prenantes autour de la table se félicitent de la double signature. Vendredi, le Premier ministre Xavier Bettel pour l’État luxembourgeois et les responsables et représentants du groupe RTL ont signé de nouveaux accords de collaboration.

Des accords qui portent sur deux volets: la mission de service public de RTL Télé Lëtzebuerg et l’exploitation des fréquences TV et radio pour les différentes chaînes du groupe RTL qui sont, pour la plupart, enregistrées au siège du Kirchberg et donc régies par le droit luxembourgeois. Sur ce second point, le gouvernement a accordé l’exploitation de ces fréquences jusqu’en 2030 à des conditions qui n’ont pas été dévoilées.

La concession actuelle signée en 2007 court jusqu’en 2020. 

Cet accord vaut un gage de la part de RTL Group et de son actionnaire Bertelsmann de maintenir son centre décisionnel à Luxembourg et ses équipes, soit 688 collaborateurs qui rejoignent progressivement le nouveau siège, RTL City, qui sera inauguré le 19 avril et dont la vente des murs programmée par le groupe doit intervenir prochainement.

«L’implantation de RTL Group au Luxembourg dans un environnement à la fois stable, innovateur et international, constitue une des clefs de sa réussite», a déclaré Thomas Rabe, CEO de Bertelsmann et président du conseil d’administration de RTL Group, dans un communiqué. «La perspective de voir la collaboration entre le Grand-Duché de Luxembourg, RTL Group et Bertelsmann se poursuivre ne peut que nous réjouir.»

M. Rabe était accompagné de Guillaume de Posch, co-CEO de RTL Group, de Jacques Santer, président du conseil d’administration de CLT-Ufa (qui doit laisser sa place le 19 avril prochain à Jean-Louis Schiltz lors de l’assemblée générale du groupe), de Elmar Heggen, chief financial officer (CFO) de RTL Group et directeur du siège social, de Christophe Goossens, CEO de RTL Luxembourg et d’Alain Berwick, ex-CEO de RTL Luxembourg et membre du conseil d’administration du groupe.

RTL bénéficie donc d’une vision à moyen terme pour l’usage des fréquences alors que la mission de service public que doit assurer RTL Télé Lëtzebuerg sera revue tous les trois ans, comme l’avait laissé entendre préalablement le Premier ministre. Même si les éléments de langage employés n’avaient pas fait la distinction entre l’accord sur la fréquence et celui sur le programme télévisé luxembourgeois.

Diversité et surveillance rigoureuse promises

«La convention a été adaptée sur plusieurs points, notamment pour garantir un choix plus diversifié d’éléments de programme», indique le communiqué de presse du gouvernement sans plus de précision. Et d’ajouter que «la Chambre des députés (…) sera associée au contrôle de la mise en œuvre de la convention».

Comme évoqué le 23 mars par Xavier Bettel à la Chambre, l’État subviendra financièrement à la chaîne de télévision qui est déficitaire, afin d’assurer cette mission de service public. 

À partir de 2021, ce financement s’élèvera à maximum 10 millions d’euros par an, sous le seuil nécessaire pour voter une loi spécifique. Une large majorité des députés avait voté cette mesure à la Chambre, Déi Lénk et l’ADR y sont opposés.

«Afin d’éviter tout risque de surcompensation, le gouvernement assurera à travers des mécanismes rigoureux de contrôle et d’audit indépendant annuel que cette enveloppe plafonnée servira exclusivement au financement du programme de télévision», précise encore le communiqué du gouvernement.

À partir de 2021, RTL Télé Lëtzebuerg sera à la fois une télévision opérant sous un régime privé – tirant des revenus de la publicité – et une télévision aidée par l’État pour sa mission de service public.

La rédaction a choisi pour vous

Service public

08 Mars 2017

L’idée du gouvernement de combler les pertes financières de RTL Télé Lëtzebuerg pour maintenir la mission de service public de la chaîne placerait les relations entre l’État et le groupe média dans une nouvelle perspective. Le renouvellement de la concession qui lie les deux parties prend la forme d’un package plus que favorable à RTL Group.