Rouler en Wallonie pourrait aussi devenir payant

14 Juin 2017 Par Jean-Michel Hennebert
Route, Wallonie
Pour le ministre wallon en charge de la Mobilité, «il n’est pas normal que les véhicules légers étrangers ne paient rien sur notre territoire».
(Photo: Licence C.C.)

La mise en place, en 2019, d’un forfait pour les véhicules étrangers circulant en Allemagne donne des idées aux responsables belges. Le ministre wallon des Transports ne cache plus sa volonté de mettre en place un tel système qui pourrait rapporter 150 millions annuellement.

Circuler en voiture hors des frontières du Luxembourg dans les années à venir sera bien plus cher qu’aujourd’hui. Après la France, adepte des autoroutes payantes depuis des décennies, et l’Allemagne, qui introduira un forfait pour les automobilistes étrangers à compter de 2019, c’est au tour de la Belgique de relancer l’idée. Du moins en partie, car l’idée a été présentée en fin de semaine dernière par Carlo Di Antonio, ministre en charge de la Mobilité en Wallonie.

Souhaitant profiter des discussions à venir autour de la révision de la fiscalité automobile, le ministre annonce avoir «préparé une note sur la vignette automobile forfaitaire pour les véhicules étrangers», selon des propos rapportés par le quotidien belge L’Echo. Et ce dernier de préciser que cette future taxe, qui concernera tous les véhicules, mais qui devrait être compensée intégralement pour les résidents belges par une baisse de la taxe de mise en circulation, ne serait que l’application d’une mesure juste. «Il n’est pas normal que les véhicules légers étrangers ne paient rien sur notre territoire alors que les Wallons paient pour rouler en France, en Suisse et bientôt en Allemagne», assure Carlo Di Antonio, cité par nos confrères belges.

Sans accord avec les autres régions, on le fera seul.

Carlo Di Antonio, ministre en charge de la Mobilité en Wallonie

Une idée qui devrait rapporter «plus ou moins 150 millions d’euros» chaque année dans les caisses de la Région wallonne et qui doit s’inspirer du modèle allemand, officiellement validé par Bruxelles après une bataille juridique portant sur la notion de discrimination entre citoyens européens. L’annonce, bien que spectaculaire, ne pourrait cependant pas être suivie d’effets avant plusieurs années. La faute notamment à la volonté des responsables flamands de ne pas opter pour une vignette sur leur territoire, mais d’instaurer une taxe kilométrique pour les véhicules légers, comme cela existe depuis le 1er avril 2016 pour les poids lourds.

«Le mieux est de décrocher un accord avec les autres régions pour lancer une vignette», estime Carlo Di Antonio qui prévient cependant que «sans accord, on le fera seul». Les discussions autour de cette question devraient débuter à la rentrée afin d’éviter «d’attendre qu’il y ait des vignettes partout en Europe, sauf en Belgique». De leur côté, les responsables luxembourgeois affirment une nouvelle fois ne pas avoir l’intention d’instaurer une telle mesure sur les routes du Grand-Duché.

La rédaction a choisi pour vous

29 Septembre 2016

Les résultats de l’étude sur la taxation des poids lourds ont été communiqués, jeudi, au Groupement des entrepreneurs de transport. Sur les quatre pistes analysées, deux restent encore en lice. Celle du maintien du système actuel et celle de l’adoption d’un «Maut».

Le Premier ministre Xavier Bettel et la ministre-présidente de la Sarre, Annegret Kramp-Karrenbauer.

17 Septembre 2014

À l’occasion d’une réunion de travail avec les autorités sarroises mardi à Sarrebruck, Xavier Bettel s’est dit totalement opposé au projet de vignette sur les autoroutes allemandes, l’estimant «contraire à l’esprit européen».