Relever les défis du recrutement avec le digital

03 Avril 2018 Par Microtis - Michael Mohm
Michael Mohm
(credit photo: Microtis)

Face aux difficultés à recruter les bonnes compétences, les RH doivent repenser leur stratégie. La digitalisation du recrutement doit leur permettre d’établir une relation de qualité avec le candidat de la prise de contact à la signature du contrat. La marque employeur en sortira grandie. 

Michael Mohm, en tant business development manager au sein de Microtis, pouvez-vous nous décrire les principaux défis auxquels doivent faire face les entreprises en matière de recrutement?

L’économie luxembourgeoise est orientée vers les services. Pour créer de la valeur, ses acteurs s’appuient essentiellement sur les ressources humaines. Les compétences intellectuelles sont donc disputées. Ingénieur, expert-comptable, diplômé en droit, professionnel de la finance, spécialiste des technologies de l’information et de la communication… Les têtes bien pleines sont recherchées de toute part. Et le seront encore plus à l’avenir. Pour continuer à grandir et faire face à cette situation, les entreprises doivent s’inscrire durablement dans cette guerre des compétences. Et doivent donc s’adapter pour attirer chez elles les meilleurs talents, et notamment les membres des jeunes générations, les plus à même de les soutenir à travers les étapes de transformation digitale par lesquelles elle devra inéluctablement passer. 

Comment les ressources humaines doivent-elles appréhender ces défis?

En quelques années, le recrutement a fondamentalement changé. Les meilleurs candidats ont le plus souvent l’embarras du choix. C’est désormais à l’entreprise de séduire, plus qu’au candidat d’espérer. Les responsables du recrutement doivent donc adopter de nouvelles tactiques. C’est un vaste chantier, qui ne se limite pas aux étapes de recrutement. 

Demain, les entreprises qui parviendront à convaincre seront celles qui proposeront une plus grande flexibilité dans l’organisation du travail – horaire adapté, meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée, autonomie et transparence accrues, perspectives d’évolution grâce à la formation continue. 

Ces éléments, propres à l’organisation de l’entreprise, doivent permettre de renforcer la marque employeur. Et c’est aux ressources humaines, le plus souvent, qu’il appartient de la mettre en œuvre et de l’entretenir. Une marque employeur forte constitue désormais le principal levier d’attraction des talents. 

Comment la technologie peut-elle aider les ressources humaines à attirer les bons candidats?

Les ressources humaines doivent désormais mieux appréhender les canaux de communication, et notamment le site Internet et les médias sociaux, fortement scrutés par les jeunes candidats. Il faut de cette manière faire ressentir les valeurs vécues au sein de l’entreprise à l’extérieur. L’entreprise, sa culture, l’ambiance qui y règne doivent être directement perceptibles via ces canaux. Accessoirement, tous ces éléments renforceront la fierté des employés à faire partie de l’organisation et contribueront à retenir les talents.

La communication, en amont des démarches de recrutement, doit donc être soignée, afin d’inciter les talents à venir rencontrer l’entreprise. 

Et au cœur du processus de recrutement même, quels sont les défis à prendre en considération et comment les outils digitaux permettent-ils de les relever?

La qualité de relation établie, au-delà du premier contact, sera aussi évaluée par le candidat tout au long du processus de recrutement. C’est à un jeu de séduction que doivent désormais se plier les responsables du recrutement. À eux d’être à l’écoute des attentes, des souhaits, des contraintes, d’en tenir compte dans la mesure du possible, afin d’établir un climat de confiance. Il est aussi essentiel de mettre en œuvre une communication réactive à chaque étape du processus de recrutement, avec des messages personnalisés, sans quoi le candidat, courtisé, aura vite fait d’aller voir ailleurs. Pour soutenir les recruteurs dans leur démarche, des outils technologiques dédiés au recrutement existent. Ils permettent l’envoi automatique d’e-mails personnalisés, d’invitations, l’agrégation des notations, la gestion automatisée des tâches. Ces solutions permettent d’augmenter la réactivité et la qualité du recrutement. 

Comment bien appréhender l’ensemble de ces enjeux? 

Plus largement, c’est la fonction RH qui doit être digitalisée. De nombreuses tâches chronophages, le plus souvent purement administratives, méritent d’être automatisées. Libérés de ces fonctions, le gestionnaire des ressources humaines et les responsables du recrutement pourront se concentrer sur des missions à plus forte valeur ajoutée, comme le renforcement de la marque employeur, la mise en œuvre d’une organisation plus flexible, l’amélioration du cadre de travail ou un meilleur sourcing et accompagnement des candidats au fil des étapes de recrutement.   

Découvrez comment Microtis peut vous aider à digitaliser les étapes du recrutement et à soulager la tâcher des professionnels du recrutement.

Retrouvez l’intégralité de Digital HR

La rédaction a choisi pour vous

Selon le coach français Hervé Coudière, les managers «doivent savoir fixer des délais raisonnables et prendre en compte le rythme de chacun» pour une meilleure gestion du temps de travail.

18 Février 2019

Il n’est pas extensible, ne s’achète pas et file sans qu’on puisse l’arrêter. Le temps est une ressource précieuse dans l’économie d’aujourd’hui. Mais comment faire pour le valoriser au maximum?

À cette guerre des talents, s’ajoute un autre challenge, celui de fidéliser les employés, comme l’ont évoqué les intervenants lors d’une conférence IGR mardi à Luxembourg.

13 Février 2019

Pénurie de cadres, ingénieurs, informaticiens, soudeurs… La compétition pour attirer les compétences au sein des entreprises se fait ressentir à travers toute la Grande Région. Le constat et des ébauches de solutions étaient au programme d’une conférence mardi soir chez KPMG.

06 Février 2019

Une dizaine de projets en cours, une équipe grandissante et des solutions concrètes constituent les ingrédients du succès d’IMS, qui s’impose au Luxembourg comme le réseau de référence en matière de Responsabilité sociétale. La preuve avec 22 nouveaux membres accueillis ce mardi.

Plus de vingt nouvelles entreprises font confiance à IMS et s’engagent dans une démarche responsable. Ainsi, ce mardi dans les locaux de KPMG, 22 organisations ont publiquement été présentées pour leur volonté d’agir :