Regain de confiance pour le gouvernement

05 Juin 2018 Par Jean-Michel Hennebert

Pour la première fois depuis avril 2014, plus d’un électeur sur deux assure soutenir l’action de la coalition DP-LSAP-Déi Gréng, selon les résultats du Politmonitor, publié lundi soir. Le CSV reste le parti avec le plus fort soutien (60%), devant Déi Gréng (56%) et le LSAP (52%).

À quatre mois du scrutin du 14 octobre prochain, la première partie du Politmonitor réalisée par TNS Ilres pour nos confrères de RTL et du Luxemburger Wort pourrait quelque peu redonner le sourire à l’actuelle coalition gouvernementale. Pour la première fois depuis avril 2014, sa cote de confiance générale repasse au-dessus de la barre des 50%, après plus de deux années passées avec un niveau de méfiance situé au-dessus d’un électeur sur deux. Le plus bas avait été atteint en juin 2015, avec une confiance de seulement 33%.

Si le DP, le LSAP et Déi Gréng voient tous leur cote de popularité remonter, ce sont les derniers qui bénéficient de la plus forte augmentation (+6%), avec 56% de cote de confiance. Ils devancent les socialistes (53%) et les libéraux (47%). À noter toutefois que cette enquête, réalisée par téléphone auprès de 1.040 électeurs, a débuté le 16 mai dernier, date de la mort de Camille Gira, ce qui pourrait expliquer une partie de la progression enregistrée par Déi Gréng.

Du côté de l’opposition, le CSV reste la principale force politique qui inspire confiance aux électeurs (60%), bien que les chrétiens sociaux voient leur résultat reculer par rapport au dernier sondage, réalisé en décembre 2017 (-2%). L’ADR, pour sa part, obtient 24% de confiance (+6%) , alors que Déi Lénk s’affiche à 33% (+3%).

60% contre l’ADR au gouvernement

Pour la première fois, à quatre mois de l’échéance électorale, l’enquête menée a interrogé l’échantillon d’électeurs sur la nécessité pour les partis d’indiquer leurs intentions en termes de coalition potentielle, avant les élections. Une idée soutenue par deux tiers des personnes interrogées (68%), même si cette tendance apparaît plus forte au sein de la catégorie des 18-24 ans, désireux à 81% de savoir à quoi s’attendre avant de placer leur bulletin dans l’urne.

Autre question posée pour la première fois: quel(s) parti(s) ne devrai(en)t pas être au sein du prochain gouvernement? 60% des sondés se disent ainsi opposés à la présence de ministres ADR, tout comme Déi Lénk (55%). Ils sont 37% à s’opposer au maintien du DP au pouvoir, contre 27% contre le LSAP, 25% contre Déi Gréng et 24% contre le CSV.

À l’inverse, les chrétiens sociaux apparaissent comme la force politique qui devrait figurer comme membre de la future coalition gouvernementale, avec un soutien affiché de 61%. Selon ce sondage, le junior partner devrait être Déi Gréng, qui recueille 58% d’opinion favorable, devant le LSAP (53%) et le DP (46%).

La rédaction a choisi pour vous

19 Octobre 2018

Depuis le 17 septembre et le début du chantier entre Arlon et Sterpenich, ce tronçon de l’E411 est devenu le chemin de croix des frontaliers. Mauvaise nouvelle: les réparations sont beaucoup plus conséquentes que prévu. Et même après la fin du chantier, les problèmes ne disparaîtront sans doute pas pour autant.

18 Octobre 2018

Deux jours après avoir reçu le soutien du comité national, Claude Wiseler a dévoilé ce jeudi la «première analyse» des législatives. L’occasion pour la tête de liste des chrétiens-sociaux de tirer à boulets rouges sur le LSAP et de réitérer son appel du pied au formateur du gouvernement.

Étienne Schneider, Xavier Bettel, Félix Braz et les délégations de leurs partis respectifs ont entamé les négociations en vue de définir une nouvelle coalition.

17 Octobre 2018

Moins de 24 heures après avoir été nommé formateur du prochain gouvernement par le Grand-Duc, Xavier Bettel a déjà organisé ce mercredi la première réunion plénière des négociations de coalition avec les représentants du DP, LSAP et Déi Gréng.