«Redoubler d’efficacité pour trouver les compétences»

07 Juin 2018 Par Paperjam.lu
Evie Roos
Evie Roos: «Le monde du travail connaît à l’heure actuelle de grands bouleversements.»
(Photo: SES)

Paperjam a invité 200 des plus gros employeurs du pays à répondre à une enquête pour connaître leurs besoins en ressources humaines en 2018. Voici les réponses d’Evie Roos, chief human resources officer chez SES.

Quels profils seront indispensables pour le développement futur de votre société?

«Les profils liés aux métiers de l’informatique et à l’ingénierie seront les plus prisés par SES car en adéquation avec le cœur de métier de notre groupe et donc indispensables à son développement. Les métiers de l’informatique seront ceux qui connaîtront les évolutions les plus marquées au cours de la décennie à venir, en particulier ceux liés à la ‘business intelligence’. Ainsi, les profils de ‘data analyst’ et d’‘IT architect’ sont d’ores et déjà très recherchés: il s’agit de recruter les collaborateurs capables d’analyser les données issues de divers logiciels afin d’aider à la prise de décision ou bien ceux à même de relier la stratégie d’entreprise avec les besoins exprimés par les métiers tout en étant garant de la cohérence d’ensemble du système d’information.

Dans le domaine de l’ingénierie, SES recherche toujours des profils d’ingénieur en télécommunications, mais les candidats doivent aussi disposer de compétences dans le domaine commercial, puisqu’il ne s’agit plus aujourd’hui d’apporter une simple réponse technique aux clients finaux, mais un service 'end-to-end’.

Au-delà des compétences techniques et des savoir-faire, ce sont aussi un ensemble de compétences relationnelles/de savoir-être qui sont et seront encore davantage prisées à l’avenir: à l’heure où le ‘village mondial’ est devenu une réalité et où le changement est permanent, il est désormais nécessaire de recruter des collaborateurs ayant pu bénéficier d’une exposition à l’international, et capables de faire preuve d’agilité pour s’adapter rapidement à des environnements divers et des priorités sans cesse revisitées.

Êtes-vous confrontés à une nouvelle guerre des talents? Quelle stratégie mettez-vous en place pour disposer des profils évoqués précédemment?

«Le monde du travail connaît à l’heure actuelle de grands bouleversements dus à la mondialisation et à la prédominance des nouvelles technologies. L’utilisation massive des réseaux (sociaux ou non) alliée à la digitalisation transforme les métiers et oblige les entreprises à redoubler d’efficacité pour trouver les compétences qui leur permettront d’assurer leur croissance à l’avenir.

SES est confronté depuis plusieurs années déjà à une ‘guerre des talents’, d’autant qu’on note une pénurie croissante de profils dans le domaine des sciences, technologies, ingénieries et mathématiques (STEM). Cette pénurie – due à un intérêt moins marqué des jeunes générations pour entreprendre et poursuivre des études scientifiques –, alliée à une croissance exponentielle du nombre de postes à pourvoir dans les domaines de l’ingénierie et des technologies en général, renforce la criticité des profils/métiers qui y sont reliés.

L’un des premiers axes de travail du groupe a été de mettre en place une stratégie de recrutement collaborative. Ainsi, les employés du groupe SES sont invités à transmettre à l’équipe Human Capital les candidatures de personnes dont le profil pourrait correspondre aux postes à pourvoir au sein du groupe. En cas d’issue favorable (si le candidat est recruté), le collaborateur reçoit alors une prime de ‘cooptation’ (referral).

La forte concurrence au niveau du recrutement associée à l’utilisation accrue des réseaux sociaux a augmenté l’importance de la réputation de l’employeur (employer branding).

Evie Roos, chief human resources officer chez SES

Par ailleurs, force est de constater que la forte concurrence au niveau du recrutement associée à l’utilisation accrue des réseaux sociaux a augmenté l’importance de la réputation de l’employeur (employer branding). SES augmente et améliore constamment sa présence et sa visibilité sur bon nombre de réseaux sociaux (notamment professionnels), mais cette démarche ne se limite pas à du ‘présentéisme’. Les candidats souhaitant désormais avoir une vision transparente de l’entreprise, les contributions de SES sur les différentes plates-formes utilisées par le groupe ont donc pour vocation de répondre à ce besoin: il s’agit de fournir aux candidats une description détaillée de l’entreprise, de sa culture, de ses valeurs, de l’ambiance et de l’environnement de travail tout en explicitant les projets les plus marquants du groupe.

C’est notamment à cette fin que SES a mis en place le programme ‘Ambassadeurs’: des employés du groupe ont pour mission spécifique, en plus de leurs activités habituelles, de promouvoir le groupe en interne comme en externe, en animant des blogs, en échangeant de manière informelle avec des candidats au cours des processus de recrutement, en répondant aux questions que peut poser tout un chacun via le système de ‘chat’ en temps réel désormais disponible sur le site web du groupe SES.
SES multiplie également ses interventions au sein d’universités, d’écoles et dans le cadre de différents événements de recrutement, en y associant systématiquement des collaborateurs issus des différentes lignes métier du groupe, toujours dans le souci de transmettre aux candidats l’image la plus fidèle possible de la vie de l’entreprise.»

En résumé:

  • Nom de la société: SES
  • Nombre d’employés: 2.033 (au 31 décembre 2017 et excluant les contrats à durée déterminée)
  • Secteur d’activité: télécommunications
  • Nombre de recrutements prévus pour 2018: 380
  • Départements concernés: Information Technology department & Technology department mainly
  • Profils recherchés: enterprise architect, business/data analyst, cybersecurity experts, space engineers, software engineers, sales managers    

La rédaction a choisi pour vous

Le télétravail doit être accepté du côté des salariés, mais surtout du côté des entreprises qui doivent installer une relation de confiance.

03 Août 2018

La digitalisation de la société bouleverse les conditions de travail. La Chambre des salariés (CSL) a compilé plusieurs études pour faire l’état des lieux de l’usage du télétravail au Luxembourg. Le pays se place dans la moyenne européenne, même s’il reste des efforts à faire pour que cette pratique se démocratise.

Amazon Luxembourg à Clausen

30 Juillet 2018

Les trois entreprises qui affichent la plus forte croissance en effectifs sont Amazon, Deloitte et KPMG, selon le Statec, qui propose une photographie d’un marché de l’emploi dominé par des sociétés de services aux entreprises et du secteur financier.

Des employés qui se concertent avec leurs employeurs pour moduler leur emploi du temps ont plus de chance d’être productifs et satisfaits de leur travail.

26 Juillet 2018

Une société en Nouvelle-Zélande a testé pendant deux mois la semaine de quatre jours en concertation avec ses employés. Résultat: moins de stress, plus de motivation et de productivité. Un modèle qui pourrait inspirer le Luxembourg?