Raiffeisen: l’OGBL apaisé

17 Juillet 2017 Par Paperjam.lu
Raiffeisen
Malgré les fermetures annoncées, Raiffeisen ne va procéder à aucune suppression d'emploi.
(Photo: Paperjam.lu / archives)

Interpelée par l’OGBL, la direction de la banque Raiffeisen s’est expliquée sur sa décision de fermer bientôt trois de ses agences qui ne remet nullement ses emplois en cause, pas plus que sa stratégie de proximité avec ses clients.

Le 27 juin dernier, la banque Raiffeisen avait annoncé, dans le cadre d’une restructuration et d’une réorganisation de ses agences, la fermeture – d’ici la fin de l’année – de ses bureaux de Wormeldange, Noerdange et Clervaux.

Le surlendemain, l’OGBL avait récupéré l’affaire et réclamé une entrevue auprès de la direction de la banque pour obtenir notamment des clarifications concernant la mise en œuvre de cette décision et ses conséquences pour l’ensemble des salariés.

Lors de cette rencontre, la banque a répété au syndicat Banque et Assurances (SBA) ce qu’elle avait déjà indiqué il y a trois semaines, à savoir que ces fermetures n’entraîneraient aucun licenciement.

«La banque aurait fait le nécessaire afin de garantir pour chacun le maintien de son emploi et ses conditions de travail et, tout au long des préparatifs ainsi que dans la phase de mise en œuvre, la banque a constamment dialogué et échangé avec les personnes concernées», a indiqué ce lundi le SBA dans un communiqué.

Par rapport à la stratégie de croissance à moyen et à long terme – selon les explications qui lui ont été fournies – le syndicat ajoute que  la proximité avec les clients demeure le pilier fort de la banque Raiffeisen et qu’elle a d’ailleurs investi un budget considérable dans le développement des agences et le fera encore davantage.

D’après la banque, si les agences étaient implantées historiquement en milieu rural, il s’avère aujourd’hui que des décisions de délocalisation d’agences vers des centres villes ou des centres d’activités industrielles ou commerciales plus animés s’imposent.

La rédaction a choisi pour vous

Claude Turmes

20 Juillet 2018

Alors que le projet de création d’une zone transfrontalière dans le sud du pays devait être validé ce vendredi en conseil de gouvernement, l’adoption de ce dossier a été repoussée. Avec en toile de fond un différend entre membres du gouvernement.

L'accès aux documents «à caractère administratif» issu du projet de loi 6810 reste trop flou selon ses détracteurs.

20 Juillet 2018

Le projet de loi 6810 relatif à une administration transparente et ouverte fait débat. Formulations très générales, pas assez claires, le texte est très mauvais et inapplicable, selon ses détracteurs.