Quatre trains sur dix en retard à Arlon

19 Novembre 2018 Par Nicolas Léonard
Six trains sur dix seulement arrivent à l’heure à Arlon depuis Namur.
Six trains sur dix seulement arrivent à l’heure à Arlon depuis Namur.
(Photo: Shutterstock)

Des associations d’usagers ont compilé les statistiques des retards de trains en Belgique. La ligne Namur-Arlon, qui file ensuite vers Luxembourg, fait partie des mauvais élèves.

La ponctualité des trains continue à se dégrader en Belgique, principalement en Wallonie, ou à être à un niveau beaucoup trop bas. Voilà la conclusion d’une étude menée par plusieurs associations d’usagers du rail, dont Navetteurs.be, Test-Achats ou encore Inter-Environnement Wallonie. Pour mener leur analyse, elles ont collecté pas moins de 666.509 attestations de retard délivrées par la SNCB entre février et octobre de cette année. Les résultats ont été dévoilés par nos collègues du Soir.

Les voyageurs les moins chanceux sont ceux de la ligne Liège-Bruxelles (65,9% de ponctualité aux heures de pointe, 69,7% en heures creuses), mais surtout ceux de la ligne Namur-Arlon: 61,7% de ponctualité aux heures de pointe (-5,1% par rapport à la même période l’an passé) et 63,8% aux heures creuses (-3,7%). Comme l’indique Navetteurs.be, seulement 6 trains sur 10 sont donc à l’heure en gare d’Arlon sur la ligne 162! Ce qui concerne des milliers de travailleurs frontaliers puisque ces trains prolongent ensuite leur voyage vers Luxembourg.

La SNCB et Infrabel, le gestionnaire de réseau, évoquent une recrudescence des actes de tiers (personnes sur les voies, franchissement de passage à niveau...) et les vols de câble pour tenter d’expliquer ces résultats. Ce qui ne convainc pas les associations. «Même en retirant les faits de tiers, il reste de nombreux problèmes de matériel ou d’infrastructure, de signalisation ou d’aiguillage», a indiqué au Soir, Gianni Tabbone, président de Navetteurs.be.

Pour rappel, un train est considéré à l’heure s’il accuse moins de six minutes de retard.

La rédaction a choisi pour vous

19 Octobre 2018

Depuis le 17 septembre et le début du chantier entre Arlon et Sterpenich, ce tronçon de l’E411 est devenu le chemin de croix des frontaliers. Mauvaise nouvelle: les réparations sont beaucoup plus conséquentes que prévu. Et même après la fin du chantier, les problèmes ne disparaîtront sans doute pas pour autant.