Quatre nouveaux classements en vue

12 Février 2018 Par France Clarinval
Le bâtiment qui abrite le Luca (Luxembourg Center for Architecture) fait partie d’un ensemble classé.
(Photo: Maison moderne / archives)

Le conseil communal de Luxembourg du 9 février a donné son accord pour le classement en tant que monument national de plusieurs bâtiments proposés par le ministère de la Culture. Une partie est néanmoins retoquée.

La conservation et la protection des sites et monuments nationaux semblent avancer alors que plusieurs projets de classement étaient dans l’air du temps depuis plusieurs années. Le ministère de la Culture a pris le dossier en main et a fait quatre propositions à la Ville de Luxembourg, qui doit donner son avis. Quatre ensembles sont concernés par cette première salve, revêtant des intérêts à divers titres.

Le premier site est celui du hall 1 du site des anciennes aciéries de Hollerich à la rue de l’Aciérie qui comprend un intérêt «historique, architectural, industriel et esthétique. Ces bâtiments représentent les derniers témoins d’une activité sidérurgique dans la ville et méritent d’être conservés», comme l’a souligné le conseiller communal DP, Claude Radoux.

Ce bâtiment est situé en zone mixte urbaine dans le PAG, zone qui fait l’objet d’un PAP en cours d’élaboration par les bureaux Paczowski & Fritsch et Albert Speer & Partner. Il a été inventorié comme «immeubles à caractère patrimonial» et faisait déjà l’objet d’une proposition de classement en 2013.

Arguant que ces bâtiments sont «authentiques et caractéristiques pour leur période de construction et leur genre», le conseil communal donne un avis favorable au classement. «Il faudra veiller à donner une réaffectation qui apporte de la vie au quartier: logement, ateliers, marchés», poursuivait le conseiller dans son avis.

Deux immeubles du Limpertsberg concernés

Deux bâtiments historiques du Limpertsberg ont également été proposés à l’inscription à l’inventaire supplémentaire des monuments nationaux: les 74, avenue Pasteur et 59A, avenue Victor Hugo. L’ensemble est classé dans une «zone de bâtiments et équipements publics».

L’immeuble de l’avenue Pasteur est d’ores et déjà marqué sur le PAG par une marge gris moyen et d’un astérisque, ce qui revient au plus haut degré de protection communale.

Dans le cadre de la refonte du PAG, les immeubles en question ont été analysés et il a été retenu que l’immeuble sis 74, avenue Pasteur soit reclassé dans le secteur protégé du quartier de Limpertsberg et que la partie du terrain longeant l’avenue Victor Hugo reste dans le secteur protégé des ensembles sensibles.

L’immeuble sis 74, avenue Pasteur présente des qualités architecturales remplissant les critères de l’authenticité, du genre, de l’histoire sociale et de l’histoire de la cité. Il est caractéristique de sa période de construction. Ainsi, l’immeuble présente d’un point de vue historique, architectural et esthétique un intérêt public et mérite d’être conservé. Le conseil communal donne donc son aval pour l’inscription à l’inventaire supplémentaire des monuments nationaux.

En revanche, en ce qui concerne l’immeuble 59A, avenue Victor Hugo, il a été retenu que ce bâtiment ne présentait pas assez de critères de protection pour l’intégrer à un secteur protégé. Le conseil communal a donc choisi d’aviser défavorablement la proposition.

Le couvent des Carmélites remplit lui aussi les critères

Vient ensuite le couvent des Carmélites au 10, rue Sainte Thérèse d’Avila au Cents. Il se situe dans une zone soumise à un plan d’aménagement particulier «nouveau quartier», en cours d’élaboration par l’Atelier d’architecture et de design Jim Clemes.

Un avis favorable avait déjà été donné au classement en tant que monument national en 2013. Le couvent des Carmélites est le seul témoin sur le territoire de la ville suffisant à la quasi-totalité des critères patrimoniaux du Service des sites et monuments nationaux (SSMN) à savoir du point de vue de l’histoire locale, sociale, religieuse et urbanistique du quartier. L’ensemble est l’œuvre de l’architecte luxembourgeois Hubert Schumacher et a su conserver son authenticité, restant un ensemble unique.

Autre patrimoine religieux, l’église paroissiale de Beggen (191A, rue de Beggen) est considérée comme un témoin de l’histoire du quartier de Beggen. Elle remplit les critères du lieu de mémoire et de l’histoire de la cité et elle est un élément représentatif de l’histoire architecturale, artistique et artisanale. Elle présente d’un point de vue historique, architectural et esthétique un intérêt public et mérite d’être conservée.

Ces deux bâtiments reçoivent donc un avis favorable pour le classement en monument national.

La rédaction a choisi pour vous

Luxembourg-Ville

08 Janvier 2018

Le Service information et presse du gouvernement vient de rééditer la brochure «à propos... de l’histoire du Luxembourg», qui s’insère dans la série «à propos...» censée mettre en lumière un aspect spécifique du Grand-Duché de Luxembourg. Cette édition revue et augmentée se présente par ailleurs dans une nouvelle mise en page.

17 Juillet 2013

Le 16 septembre prochain, Patrick Sanavia prendra la direction du Service des Sites et Monuments nationaux. A cette occasion, il décrit sa nouvelle mission, les objectifs du projet de loi sur le patrimoine culturel, ainsi que la reprise en main du chantier du Musée de la Forteresse.