Quand la rentabilité laisse place à «l’impact global»

24 Septembre 2018 Par Nicolas Sanitas- Post Luxembourg

Nous quittons une période heureuse. Celle durant laquelle la rentabilité d’une application informatique s’évaluait facilement, sur la base des gains financiers qu’elle générait.

Le maître d’œuvre facturait des prestations de conception et développement. Le maître d’ouvrage vendait l’usage de l’application à ses clients ou usagers. Ce modèle mercantile va sans doute perdurer, mais il est aujourd’hui bousculé.

Qu’est-ce qu’un projet à impact?

En septembre 2015, 193 pays membres de l’ONU ont approuvé une liste de 17 objectifs de développement durable à atteindre d’ici 2030. Ils visent à lutter contre la pauvreté, protéger la planète et assurer la prospérité de tous.
Animées par ces objectifs, des start-up naissent tous les jours, avec l’ambition d’améliorer concrètement le quotidien de l’une des 169 cibles détaillées dans le projet de l’ONU.
Pas de business model traditionnel pour ces jeunes pousses créatives. En effet, elles ne cherchent pas à maximiser leurs profits en fidélisant leurs utilisateurs. Elles s’efforcent de répondre à des besoins identifiés dans les domaines de la santé, de l’éducation ou encore de la justice. Leurs actions changent positivement et durablement le quotidien du plus grand nombre. On parle ici de projets à impact, qu’il soit social, sociétal ou environnemental.

 

 

Lire la suite de l’article

Retrouvez l'intégralité de ICT Experts Luxembourg

La rédaction a choisi pour vous

20 Février 2019

Google pourrait annoncer un investissement dans un second data center en Belgique, en Région wallonne. Après Mons, ce serait la région de Charleroi qui serait visée. Réponse en juillet?