Protéger ses enfants de la cyberprédation

07 Décembre 2018 Par Ioanna Schimizzi
«Une personne adulte contacte un enfant, souvent en ligne et sous une fausse identité, dans le but de l’abuser sexuellement ou de lui extorquer de l’argent», explique le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse.
«Une personne adulte contacte un enfant, souvent en ligne et sous une fausse identité, dans le but de l’abuser sexuellement ou de lui extorquer de l’argent», explique le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse.
(Photo: Shutterstock)

Le ministère de l’Éducation nationale lance une campagne consacrée au «grooming», ce phénomène qui peut aller jusqu’à une sollicitation sexuelle en ligne d’un mineur par un majeur. Des conseils sont notamment prodigués aux parents sur un site dédié.

Smartphones, tablettes, ordinateurs sont autant de moyens d’accéder à internet. Et les enfants les utilisent de plus en plus pour regarder des vidéos, utiliser des applications ou se rendre sur les réseaux sociaux. L’accès à l’information est certes facilité, mais ce moyen de communication les expose également à certains dangers.

Un phénomène a notamment émergé ces dernières années avec la démocratisation d’internet: le «grooming». «Une personne adulte contacte un enfant, souvent en ligne et sous une fausse identité, dans le but de l’abuser sexuellement ou de lui extorquer de l’argent», explique le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse.

Naviguer en sécurité

«Le contact peut être établi sur une période étendue, afin de créer une relation de confiance et de faciliter le passage à l’acte d’exploitation. Ce dernier peut prendre différentes formes: rencontre ‘dans la vraie vie’ dans le but d’un abus sexuel; sollicitation à l’envoi de photos sexuellement explicites; chantage à partir de telles photos explicites pour obtenir de l’argent ou plus de matériel d’abus sexuel.»

Et pour lutter contre ce phénomène, et surtout en protéger les enfants, le ministère annonce lancer une campagne avec la mise en ligne d’un site où figurent des liens prodiguant des conseils «aux parents soucieux d’encadrer et de préparer leurs enfants, afin qu’ils puissent naviguer en ligne en sécurité.»

Un phénomène pénalement réprimé

Une affiche et une vidéo ont également été créées. L’affiche sera distribuée dans les écoles, les maisons de jeunes, les services d’aide à l’enfance et aux familles, les commissariats de police, les offices sociaux, les administrations communales, auprès des médecins, des hôpitaux, etc. Le site s’adresse également aux professionnels de l’éducation, qui sont, avec les parents, parmi les principaux interlocuteurs des enfants.

Chez nos voisins, des mesures ont également été prises contre ce phénomène de cyberprédation. En Belgique, la Chambre des députés a approuvé dès 2014 à l’unanimité deux projets de loi visant à protéger les enfants de la cyberprédation et du grooming.

En France, c’est l’article 227-22-1 du Code pénal, du 5 mars 2007, qui fait référence et protège contre ce phénomène. Au niveau européen, le grooming est pénalement réprimé depuis 2011, avec l’ajout d’un article dans la Convention de Lanzarote sur la protection des enfants contre l’exploitation et les abus sexuels. Depuis lors, «tous les cas d’abus sexuels d’enfants – qu’ils résultent d’une rencontre physique ou soient entièrement commis en ligne – (sont) incriminés.»

La rédaction a choisi pour vous

06:00

C’est le nombre de demandes de protection internationale reçues par la Direction de l’immigration au mois de novembre, soit le nombre le plus haut depuis le mois de juillet (238). Au total, depuis le début de l’année, 1.932 demandes ont été introduites au Luxembourg. Sur ce mois de novembre, par pays, 41 personnes venaient notamment d’Érythrée, 24 d’Afghanistan, 19 de Syrie, et 18 d’Algérie. Concernant les décisions prises depuis janvier, 41,8% des DPI ont obtenu le statut de réfugié, et une décision de transfert ou d’incompétence a été déclarée dans 33,4% des cas.

17 Décembre 2018

Le ministre français des Finances a indiqué, lundi, ne pas attendre un éventuel accord européen pour prélever une taxe sur l’activité des géants du numérique. À partir du 1er janvier, Google et consorts devraient verser un impôt qui pourrait rapporter 500 millions d’euros annuels.

17 Décembre 2018

Le concours organisé par le Fonds Kirchberg pour réaliser la passerelle piétonne et cyclable reliant le bastion au Mudam dans le quartier européen du Kirchberg a été remporté par le groupement composé de Marc Mimram Ingénierie, Marc Mimram Architecture & Associés et Fabeck Architectes.