Post au cœur des tests de conduite autonome

16 Novembre 2018 Par Jonas Mercier
Le consortium 5GCroCo, sélectionné par Bruxelles pour mener des tests sur les autoroutes luxembourgeoises, françaises et allemandes, regroupe 24 partenaires de sept pays européens.
Le consortium 5GCroCo, sélectionné par Bruxelles pour mener des tests sur les autoroutes luxembourgeoises, françaises et allemandes, regroupe 24 partenaires de sept pays européens.
(Photo: Shutterstock)

Le groupe Post fait partie du consortium qui a reçu l’autorisation d’effectuer des essais avec des voitures autonomes sur le triangle d’autoroutes traversant les territoires du Luxembourg, de la France et de l’Allemagne.

Qui dit conduite autonome dit voiture connectée. Et qui dit voiture connectée dit 5G. L’apparition du réseau mobile très haut débit, dont on dit qu’il sera jusqu’à 10 fois plus rapide que la 4G, est en effet une des conditions primordiales pour permettre le développement de véhicules 100% autonomes.

La sécurité du réseau et le temps de latence, notamment lors du passage des frontières, sont des éléments-clés dans la constitution de l’écosystème qui doit permettre à ces nouveaux véhicules de fonctionner.

Comme de nombreux acteurs sont impliqués – constructeurs automobiles, opérateurs téléphoniques et fournisseurs de services liés à la mobilité –, la définition de normes internationales est donc nécessaire et les tests en conditions réelles indispensables.

Post parmi 24 partenaires européens

C’est dans cette optique que l’Union européenne a décidé l’année dernière de définir plusieurs sites expérimentaux transfrontaliers. L’un d’entre eux passe par les autoroutes qui traversent les frontières de la France, de l’Allemagne et du Luxembourg.

Mais il fallait encore choisir un projet et des entreprises pour effectuer ces tests. C’est celui du consortium 5GCroCo qui vient d’être sélectionné par la Commission.

Il regroupe 24 partenaires de sept pays européens, dont les grands noms de l’industrie automobile européenne comme Volvo, Renault, Groupe PSA, Volkswagen et Bosch. Mais aussi des acteurs de la téléphonie mobile comme Orange, Deutsche Telekom, Huawei et Ericsson.

On retrouve également l’opérateur luxembourgeois Post, qui participera ainsi activement à ces tests, ainsi qu’à la définition de nouvelles normes. Et pourra par ailleurs mettre à disposition son expertise sur les questions de cybersécurité.

Aucune communication officielle

«L’objectif est de définir une voie fructueuse vers la fourniture de services de mobilité connectés, coopératifs et autonomes le long de scénarios transfrontaliers et de réduire les incertitudes liées à un déploiement transfrontalier 5G réel», précise le consortium sur son site internet. Et d’ajouter qu’il a obtenu «le soutien explicite des autorités routières et des gouvernements nationaux respectifs».

Le projet 5GCroCo se déroulera sur une période de 36 mois pour un budget total de 17 millions d’euros, dont 13 devraient être financés par l’Union européenne. Il a débuté le 1er novembre, mais aucune communication n’a encore été faite par Bruxelles. Contactée par Paperjam.lu, la Commission a indiqué qu’elle communiquerait sur ce projet, parmi d'autres, début décembre lors de la conférence ICT 2018 qui se tient à Vienne.

La rédaction a choisi pour vous

Démonstration voitures autonomes

14 Septembre 2017

D’ici au premier semestre 2018, les autoroutes, puis certaines routes, du centre et du sud du pays seront utilisées dans le cadre d’un «site expérimental numérique transfrontalier» qui doit permettre de développer des technologies liées aux transports intelligents.

17 Avril 2018

Interrogé sur les dispositions envisagées pour adapter le Code de la route à l’arrivée de «la conduite automatisée et connectée», François Bausch indique avoir prévu une dérogation pour les tests prévus dans la Grande Région. Sans préciser de date de début du programme.

L’objectif affiché par le gouvernement est aussi vague qu’ambitieux: «Positionner le Luxembourg parmi les pionniers de la 5G.»

13 Septembre 2018

L’exécutif a présenté mercredi sa stratégie pour le déploiement de la nouvelle génération de réseaux mobiles, indispensable au développement des objets connectés. Elle définit les sites les plus appropriés pour mener des projets pilotes en collaboration avec les acteurs privés et promet 30 millions d’euros de cofinancement.