Opération prospection du Luxembourg à Metz

30 Juin 2018 Par Ioanna Schimizzi
Corinne Cahen a visité en début d'après-midi le CEA Tech de Metz, en compagnie de Fabrice Genter, président de la CCI Moselle Métropole Metz, et d'entrepreneurs lorrains et luxembourgeois.
Corinne Cahen a visité en début d’après-midi le CEA Tech de Metz, en compagnie de Fabrice Genter, président de la CCI Moselle Métropole Metz, et d’entrepreneurs lorrains et luxembourgeois.
(Photo : @C3_Luxembourg)

Permettre aux entreprises luxembourgeoises et mosellanes de se rencontrer, découvrir l’innovation au service de l’industrie. Il s’agissait de quelques-uns des buts de la mission économique organisée ce vendredi à Metz.

Les discussions allaient bon train, ce vendredi matin, dans les locaux de la CCI (Chambre de commerce et d’industrie) Formation sur le Technopôle de Metz. Entrepreneurs luxembourgeois et mosellans se sont retrouvés pour des échanges B2B dans le cadre de la mission économique «GET2Know Your Neighbors», organisée conjointement par la Chambre de commerce du Luxembourg et la CCI Moselle Métropole Metz.

«Nous avons eu l’idée d’organiser cette journée d’affaires transfrontalière lors du dernier Salon à l’envers (événement B2B organisé par le réseau d’entreprises mosellan ELN, ndlr), afin de faire se rencontrer les entreprises luxembourgeoises et mosellanes», explique Sabrina Sagramola, head of European affairs à la Chambre de commerce.

Une majorité d’entreprises de l’industrie

Après les rendez-vous B2B du matin, une visite du CEA Tech Metz (dédié à la recherche technologique) était prévue en début d’après-midi, suivie d’une table ronde au siège de la CCI Moselle Métropole Metz, en présence de Corinne Cahen, ministre de la Famille, de l’Intégration et à la Grande Région, sur le thème «Plus que des voisins – entreprises et Grande Région, attentes et enjeux».

Au total, une quarantaine d’entreprises s’était inscrite pour la journée, et une trentaine était présente ce vendredi matin, en provenance quasiment à parts égales du Luxembourg et de Moselle, et évoluant en majorité dans l’industrie.

Frédéric Barbe, responsable commercial de Solsi-Cad à Woippy près de Metz, ne s’était pas trompé de lieu, puisqu’il était venu «pour rencontrer des entreprises présentes dans le domaine industriel. Nous sommes un bureau d’études et d’ingénierie mécanique de 65 personnes, nous intervenons à la fois pour la métallurgie, l’aéronautique, l’automobile, mais également dans la fabrication de pièces plastiques.»

«Renouveler l’initiative»

Solsi-Cad réalise actuellement 15% de son activité au Grand-Duché, «mais bien que nous soyons voisins, nous ne nous connaissons pas forcément bien, et il faut créer plus de liens et d’interactions entre les entreprises de nos territoires.»

Un constat partagé par Benjamin Mauran, key account sales au sein l’entreprise Up Trace, qui possède un effectif de 12 personnes à Oberpallen, spécialisée dans le marquage et la traçabilité de produits. «Nous avons déjà cette notion transfrontalière puisque nous travaillons par exemple pour la brasserie de Chimay en Belgique, mais nous ne travaillons pas encore avec des entreprises lorraines.»

«Nous avons eu des contacts intéressants, mais il faudra se revoir pour réellement mettre en place un partenariat avec les dirigeants que nous avons rencontrés aujourd’hui (lire vendredi)», ajoute Benjamin Mauran, qui «encourage à renouveler cette initiative».

«Créer une dynamique dans toute la Grande Région»

Autre entreprise représentant le Grand-Duché: la start-up Firis, qui déménagera dans quelques jours d’Ellange à la House of Start-ups. «Nous venons de réaliser deux années de recherche et développement, nous sommes désormais sur une phase de lancement», précise François Scherer, business developer et co-associé de la start-up spécialisée dans la réalité virtuelle et augmentée pour l’industrie, les loisirs, ou encore la formation, avec un effectif de trois salariés permanents.

«Nous multiplions actuellement les salons; nous étions présents récemment au Cebit à Hanovre ou encore au Laval Virtual en France en avril dernier. Comme nous nous adressons à tous types d’entreprises, il était intéressant d’être présent à cette mission économique et à ces rendez-vous B2B, en termes de visibilité», complète François Scherer.

«L’idée est bien sûr de renouveler ce type d’événement», confirme Sabrina Sagramola, «et pas uniquement entre la Moselle et le Luxembourg, mais avec toutes les zones frontalières de la Grande Région. Il faut créer une dynamique transfrontalière, pour que nous nous développions tous ensemble.» Un message déjà porté lors du Forum économique transfrontalier qui s’est tenu au Luxembourg il y a quelques jours.

La rédaction a choisi pour vous

Pour les trois élus frontaliers, la mobilité sera l’un des principaux enjeux du futur gouvernement luxembourgeois.

24 Septembre 2018

Alors que la campagne électorale pour les législatives du 14 octobre bat son plein, les maires et bourgmestre de Thionville, Villerupt et Arlon émettent quelques idées qu’ils aimeraient voir développées par le futur gouvernement.

A31 bis

24 Septembre 2018

Le Républicain Lorrain rapporte que le projet d’élargissement de l’autoroute A31 sera réalisé dans le cadre d’une concession privée, avec la mise en place d’un péage.