Öhman Bank dans les mains du suisse Reyl & Cie

20 Septembre 2018 Par Jean-Michel Lalieu
François Reyl, CEO du groupe bancaire suisse, voit dans les marchés nordiques une nouvelle opportunité de croissance.
(Photo: Reyl & Cie)

Le groupe bancaire suisse Reyl & Cie vient de signer un accord avec la famille suédoise Öhman pour reprendre Öhman Bank, basée à Luxembourg depuis 2006.

Le groupe bancaire suisse Reyl & Cie élargit son hub européen au Luxembourg par l’acquisition de la totalité du capital de la banque suédoise Öhman Bank. Une transaction vient d’être signée avec le groupe familial à la tête d’Öhman.

Basé à Genève, Reyl & Cie est présent au Luxembourg depuis 2009 à travers deux filiales: Reyl Private Office (Luxembourg) et Reyl Prime Solutions, active dans les services aux entreprises et familles fortunées.

En reprenant la banque suédoise, le groupe bancaire accroît ses actifs sous gestion de 800 millions d’euros et ouvre une porte importante vers les marchés d’Europe du Nord. Öhman sert en effet en priorité des investisseurs et des entrepreneurs issus de Scandinavie.

Öhman Bank, basée au Luxembourg et donc contrôlée par la CSSF, a été créée en 2006. Elle représente le pôle banque privée du groupe financier familial Öhman.

De son côté, Reyl se présente comme un groupe bancaire diversifié, orienté vers les entrepreneurs internationaux et les investisseurs institutionnels. Il a été fondé en 1973 et s’est étendu en Europe (Londres, Luxembourg et Malte) et dans d’autres régions du monde (Singapour, Dubaï et Dallas).

Cette nouvelle transaction confirme une fois de plus la concentration qui s’opère actuellement dans le secteur de la banque privée et confirme le désintérêt croissant des banques du nord de l’Europe par rapport à la Place luxembourgeoise.

La rédaction a choisi pour vous

11 Octobre 2018

Selon la Commission de surveillance du secteur financier, le résultat avant provisions du secteur bancaire pour le premier semestre 2018 s’élève à 2.936 millions d’euros. Sur un an, la performance baisse de 3%. La CSSF pointe comme principales causes «l’augmentation continue des frais généraux» (+6,3%) et la réduction significative des autres revenus nets (-26,3%). À noter que les activités «bancaires principales telles que l’intermédiation bancaire et les métiers liés à la gestion d’actifs» ont permis d’atténuer la baisse.

La nouvelle échéance décidée par le tribunal de commerce a été fixée au 7 février 2019.

10 Octobre 2018

Le tribunal de commerce a décidé mercredi de prolonger le sursis accordé à l’ex-filiale de la banque lettone. L’institution, qui emploie une vingtaine de personnes au Luxembourg, a jusqu’au 7 février pour trouver un repreneur.