Nouvelle relaxe pour Déborah de Robertis

19 Octobre 2017 Par Paperjam.lu
De Robertis
Déborah de Robertis le 24 septembre dernier, au musée du Louvre.
(Photo: DR)

Pour s’être dénudée devant la Joconde au musée du Louvre à Paris, Déborah de Robertis – habituée des exhibitions artistiques – a comparu ce mercredi devant la justice française, qui l’a une nouvelle fois acquittée.

L’artiste franco-luxembourgeoise Déborah de Robertis, poursuivie pour exhibition sexuelle après une performance le mois dernier au Musée du Louvre, a été relaxée ce mercredi par le tribunal correctionnel de Paris. Le 24 septembre, vêtue d’un pantalon ouvert à l’entrejambe, elle s’était assise les cuisses écartées et le sexe apparent sur une tablette en bois installée sous la Joconde.

Elle avait scandé «Mona Lisa, ma chatte, mon copyright» dans un mégaphone, devant plusieurs dizaines de touristes. Les gardiens du musée avaient fait évacuer la salle et les forces de l’ordre l’avaient interpellée. Elle avait passé deux jours en garde à vue. Ce mercredi, le tribunal correctionnel de Paris a toutefois suivi les arguments de la défense de Déborah de Robertis, retenant qu’il s’agissait d’un acte «militant et artistique, sans éléments intentionnels de commettre une exhibition sexuelle». Mais la jeune femme a toutefois été condamnée à effectuer 35 heures de travaux d’intérêt général pour avoir mordu au bras un des gardiens qui l’avaient évacuée.

Devenue spécialiste des performances dénudées dans les musées parisiens, Déborah de Robertis est déjà apparue dans son plus simple appareil ou dévoilant son intimité au musée d’Orsay, à la Maison européenne de la photographie, au musée Guimet ou encore au musée des Arts décoratifs.

En dehors d’un seul rappel à la loi, elle n’a jamais été condamnée pour ses exhibitions artistiques.

La rédaction a choisi pour vous

19 Février 2019

La justice belge envisage de saisir 300 camions du groupe Jost, basé au Luxembourg. Soupçonné, depuis 2017, de fraude sociale par rapport à des chauffeurs des pays de l’Est, il n’aurait pas fait cesser cette pratique.

Le lanceur d’alerte français avait été condamné en première instance à une peine d’emprisonnement de 9 mois avec sursis et d’une amende de 1.000 euros, et en appel, de cette simple amende.

12 Février 2019

Raphaël Halet, ancien salarié de PwC Luxembourg qui avait, au même titre qu’Antoine Deltour, transmis des documents fiscaux utilisés dans les révélations LuxLeaks, voit sa requête formulée à la Cour européenne des droits de l’Homme contre le Luxembourg acceptée.